Malaisie: La disparition du vol MH370 est officiellement un «accident» et les passagers sont présumées mortes

ACCIDENT Une déclaration dix mois après la disparition mystérieuse de l'avion qui a provoqué la colère des familles, qui espèrent toujours le retour des disparus...

20 Minutes avec AFP
— 
Un couple dont le fils a disparu à bord du Malaysia Airlines le 8 mars 2014 brandit un poster demandant à la Malaisie de poursuivre les recherches.
Un couple dont le fils a disparu à bord du Malaysia Airlines le 8 mars 2014 brandit un poster demandant à la Malaisie de poursuivre les recherches. — Andy Wong/AP/SIPA

La fin de l'espoir? La Malaisie a officiellement déclaré jeudi, plus de dix mois après le drame, que la disparition mystérieuse du vol MH370 était un «accident» et que les 239 personnes à bord étaient présumées mortes. Laissant un des plus grands mystères de l'aviation sans réponse.

>> Boeing de Malaysia Airlines abattu: Revivez les événements 

Les opération de secours, les plus coûteuses de l'histoire n'ont rien donné

«C'est avec un coeur très lourd et avec un profond chagrin que nous déclarons officiellement, au nom du gouvernement de la Malaisie, que le vol MH370 de la Malaysia Airlines», reliant Kuala Lumpur à Pékin, a été victime d'un «accident», a déclaré à la télévision le chef de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman. «Il est présumé que les 239 passagers et membres d'équipage à bord du MH370 ont perdu la vie», a-t-il ajouté. Les opérations de secours, menées par plusieurs pays et considérées comme les plus étendues et les plus coûteuses de l'histoire de l'aviation civile, n'ont apporté aucun indice significatif.

Cette déclaration officielle a provoqué la colère des familles: elles réclament des preuves pour faire leur deuil. Contactée par téléphone Sarah Bajc, dont le conjoint se trouvait à bord, a vivement réagi. «Je crois qu'ils mentent», a-t-elle dit. «L'avion peut très bien avoir subi un crash. Mais il n'y a pas de preuves et tant qu'il n'y aura pas de preuves, on ne pourra pas les croire». Elaine Chew, de nationalité américaine et dont l'époux se trouvait églement à bord, demandait comment elle allait expliquer à sa fille de six ans que son père n'allait pas revenir «alors qu'elle l'attend pour son anniversaire, le 14 mars».

«Nous espérons que cette déclaration permettra aux familles d'obtenir l'aide dont elles ont besoin, en particulier à travers le processus de compensations», a expliqué le chef de l'aviation civile. «Il est important que les familles puissent essayer d'aller de l'avant pour retrouver une vie normale», a-t-il dit.

Les familles accusent les autorités malaisiennes d'avoir caché des informations

Les deux tiers des victimes étaient de nationalité chinoises et beaucoup de familles ont accusé les autorités malaisiennes d'avoir caché des informations, une colère relayée par Pékin.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a rapidement réagi après l'annonce de jeudi à Kuala Lumpur, en «espérant» que la Malaisie «tiendra ses promesses de poursuivre ses investigations».

Le Boeing 777 de la compagnie malaisienne Malaysia Airlines s'est volatilisé le 8 mars 2014 après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin. L'appareil a changé brusquement de cap une heure après son décollage, sans explication. Il a viré vers l'ouest, puis le sud, en direction de l'océan Indien où il aurait fini par tomber après plusieurs heures de vol, à court de carburant. Les raisons de ce changement de trajectoire et du silence de l'équipage demeurent mystérieuses.

>> Retrouvez le diaporama sur la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines