Grèce: Syriza, les femmes de ménage du ministère des Finances en étendard

CRISE 595 personnes chargées de l'entretien avaient été mises à la porte, un jour de septembre 2013...

Julien Sofianos

— 

Des femmes de ménage licenciées devant le ministère des finances grec
Des femmes de ménage licenciées devant le ministère des finances grec — LOUISA GOULIAMAKI/AFP

C'est la jolie histoire du jour. Les femmes de ménage du ministère des Finances mises à l'écart en 2013 pour dégraisser la fonction publique ont versé des larmes mercredi en apprenant leur réintégration par le gouvernement Tsipras.

Mises à la porte sans préavis

«On nous a rendu justice. Pour la troïka, nous étions des pions, mais nous avons fait preuve de courage et de volonté», triomphait mercredi Katerina Kapodistria, l'une de ces 595 femmes chargées de l'entretien des administrations des finances dans toute la Grèce qui avaient appris leur «mise en disponibilité» immédiate, un jour de septembre 2013.

Un petit nombre d'entre elles avaient alors commencé à manifester quotidiennement, pendant des mois et dans l'indifférence générale, devant les bureaux du ministre des Finances, dans le centre d'Athènes, pour dire leur refus d'être les variables d'ajustement comptable des créanciers de la Grèce, Commission européenne et Fonds monétaire international (FMI).

Un combat populaire

La lutte de ces femmes d'âge mur et généralement sans diplôme avait progressivement gagné la sympathie de l'opinion publique avant que l'opposition, menée par le parti de la gauche radicale Syriza, n'en fasse des icônes de la résistance à l'austérité. Leur emblème : un poing levé dans un gant de ménage rouge.

Les manifestations de soutien s'étaient multipliées, seaux et balais en première ligne, des artistes en vue avaient pris fait et cause pour ces nouvelles mascottes de la crise qui avaient fini, en mai dernier, par installer un campement permanent au pied d'un des bâtiments du ministère.

La presse grecque avait même rapporté qu'elles avaient été contactées par un assistant du réalisateur britannique, Ken Loach, à la fibre sociale affirmée, qui souhaitait s'inspirer de leur histoire. C'est sur leur bivouac improvisé, dans un amas de banderoles contestataires d'où émerge un portrait de Che Guevara, qu'elles savouraient leur victoire mercredi.

Une promesse du nouveau gouvernement

«L'un de nos premiers gestes sera une réduction immédiate et spectaculaire des dépenses du ministère qui permettra la réintégration des femmes de ménage», a annoncé le nouveau ministre des Finances Yanis Varoufakis lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur Guikas Hardouvelis.

«Avec le nouveau gouvernement, nous nous attendons à une vie meilleure pour les plus démunis», espérait Lilly Giannaki, qui devrait faire partie des agents réembauchés. Elles étaient 595 mises sur le carreau en 2013, environ 300 d'entre elles souhaitent être réembauchées.

M. Varoufakis, arrivé sac au dos et portant une simple chemise, a été le premier ministre des Finances à ne pas être chahuté par ces dures à cuire qui se sont souvent heurtées aux forces de l'ordre, devant le ministère. Les forces de l'ordre étaient d'ailleurs, pour la première fois, invisibles.