Otage japonais: Le Premier ministre nippon dénonce les menaces «ignobles» de Daesh

MONDE Le groupe terroriste menace d'exécuter un journaliste japonais et un pilote jordanien dans les 24 heures...

Philippe Berry

— 

People look at a large TV screen in Tokyo on January 27, 2015 showing news reports about Japanese men Kenji Goto who has been kidnapped by the Islamic State group. Islamist militants' demand for the release of a jihadi on Jordan's death row in exchange for a Japanese hostage is an attempt to chip away at the US-led coalition against extremism in the Middle East. The Islamic State group, which controls swathes of Iraq and Syria, is hoping to sow dissent among Jordan, Japan and the United States by offering to spare the life of journalist Kenji Goto.   AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO
People look at a large TV screen in Tokyo on January 27, 2015 showing news reports about Japanese men Kenji Goto who has been kidnapped by the Islamic State group. Islamist militants' demand for the release of a jihadi on Jordan's death row in exchange for a Japanese hostage is an attempt to chip away at the US-led coalition against extremism in the Middle East. The Islamic State group, which controls swathes of Iraq and Syria, is hoping to sow dissent among Jordan, Japan and the United States by offering to spare the life of journalist Kenji Goto. AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO — AFP

Le Premier ministre japonais a qualifié mercredi de «tout à fait ignobles» les nouvelles menaces du groupe Etat islamique (EI) qui a juré mardi d'exécuter sous 24 heures un journaliste nippon et un pilote jordanien, si Amman ne libérait pas une Irakienne emprisonnée et condamnée à mort en Jordanie.

«Ce sont des menaces tout à fait ignobles», a dit Shinzo Abe aux journalistes, ajoutant: «Je ressens une profonde indignation. Nous sommes dans une situation extrêmement difficile et j'ai demandé aux ministres d'agir de façon unie pour faire libérer au plus tôt (Kenji) Goto», journaliste retenu par les jihadistes.

Le gouvernement japonais, placé en porte-à-faux et démuni selon les analystes, a de nouveau demandé dès les premières heures de mercredi à la Jordanie d'agir pour sauver le ressortissant nippon.

Un otage exécuté dimanche

Amman est placé devant un dilemme: faut-il, pour sauver la vie des otages, libérer ou non Sajida al-Rishawi, une kamikaze irakienne impliquée dans une vague d'attentats suicides revendiqués par la branche irakienne d'Al-Qaïda ?

Les nouvelles exigences de l'EI, accompagnées d'un ultimatum très court et mises en ligne sur les sites jihadistes, se présentent sous la forme d'une photo de Kenji Goto tenant la photo du pilote jordanien capturé par l'EI, avec la voix supposée du journaliste japonais formulant les menaces des ravisseurs.

Cet ultimatum survient 48 heures après un cas similaire qui s'est terminé par l'exécution d'un autre otage japonais, Haruna Yukawa, dimanche.