Blizzard historique: New York épargnée par la tempête, levée de l'interdiction de circuler

METEO Mais les transports en commun sont toujours arrêtés...

20 Minutes avec AFP

— 

Les rues de New York dans la nuit du lundi 26 février 2015 Lancer le diaporama
Les rues de New York dans la nuit du lundi 26 février 2015 — Benjamin, internaute de «20 Minutes»

Benjamin, internaute de 20 Minutes, a finalement peut-être eu raison de blaguer sur la tempête. Le maire de New York Bill de Blasio a annoncé mardi matin la levée de l'interdiction totale de circuler imposée durant la nuit, la tempête de neige annoncée ayant largement épargné la plus grande ville américaine.

>> New York, ville fantôme

>> VOUS TÉMOIGNEZ - Stock de fromage et film catastrophe, comment un internaute se prépare au pire à New York

Tempête de neige dans le Nord-Est des Etats-Unis - Elaine, internaute de «20 Minutes»

 

Levée de l'interdiction de circuler

«La tempête n'a pas été aussi grave que l'avaient prédit les météorologistes», a déclaré pour sa part le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo. La levée de l'interdiction de circuler dans la ville de New York prend effet immédiatement. Il est tombé 16 cm de neige à Central park depuis lundi, selon les relevés du National Weather Center, contre les 60 à 90 cm annoncés.Mais New York était toujours privée au réveil de transports en commun, tous arrêtés tard lundi dans la perspective d'un blizzard «potentiellement historique», selon les termes de la météo nationale.

«L'aéroport a fermé quand nous avons décollé»

Emilie, internaute de 20 Minutes raconte avoir réussi à attraper un des derniers vols au départ de l'aéroport JFK. «Nous avons attendu trois heures dans l'avion, raconte-t-elle, car les pilotes ont mis du temps à arriver du sud de Manhattan, coincés par la neige et les embouteillages. Ensuite, il a fallu déneiger l'avion recouvert de glace. Ce fut épique mais nous sommes chanceux: 6000 vols ont été annulés et l'aéroport a ferme quand nous avons décollé.» 

«On attend toujours la nouvelle vague»

Dans le centre, les chasse-neige ayant travaillé toute la nuit. Benjamin a même été réveillé à 4h30 dans la nuit de lundi à mardi par un engin déblayeur. «Ce sont les seuls véhicules autorisés à circuler dans les rues de la ville, étrangement calme et silencieuse, nous décrit-il. Même en pleine nuit on entend toujours le bruit de la circulation et des sirènes de la police. Là, il n'en est rien.» Sur les trottoirs, «un manteau épais de neige» recouvre l'asphalte, mais il ne neige plus. «On attend toujours la nouvelle vague de neige et de vent annoncée», qui ne viendra sans doute pas.