VIDEO.USA: Un déficient mental va être exécuté

Etats-Unis Après trois reports et vingt-trois années passées dans le couloir de la mort…

20 Minutes avec AFP

— 

Photo non datée de Warren Lee Hill, condamné à mort en Georgie (Etats-Unis).
Photo non datée de Warren Lee Hill, condamné à mort en Georgie (Etats-Unis). — HANDOUT / REUTERS
  • Depuis 1986, la Cour suprême des Etats-Unis interdit l'exécution des personnes démentes.
  • L'Etat de Géorgie exige que le retard mental soit reconnu «au-delà d'un doute raisonnable».
  • Son exécution par injection létale est prévue mardi 27 janvier 2015 à 19h00 heures locales (1h00 mercredi matin à Paris).

Warren Hill devrait être exécuté ce soir au pénitencier de Jackson, Etat de Géorgie, Etats-Unis, après avoir passé plus de vingt ans dans le couloir de la mort.

 

Warren Hill a été condamné  dans l’Etat de Géorgie à la peine capitale après avoir tué un codétenu, Joseph Handspike, en 1990, alors qu'il purgeait déjà une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre de sa compagne, Myra Wright, en 1986.

Condamné à perpétuité puis à la peine capitale

En 1986, la Cour suprême des Etats-Unis a interdit l'exécution des personnes démentes, en vertu du Huitième Amendement qui proscrit «le châtiment cruel et inhabituel». Depuis 2002, elle estime que les handicapés mentaux ne peuvent pas non plus être exécutés car leur handicap «ferait courir le risque d'une exécution arbitraire».

Une loi qui varie d’un Etat à l’autre

Mais les critères pour établir le retard mental restent du ressort des Etats. Or la Géorgie, est l'un des Etats les plus stricts du pays sur la reconnaissance du retard mental. C’est le seul aux Etats-Unis qui requiert que le retard mental soit prouvé «au-delà d’un doute raisonnable» Les autres se contentant d'«éléments prépondérants» pour conclure qu’un condamné souffre de troubles mentaux.

La famille de la victime ne souhaite pas qu’il soit exécuté

La Cour suprême des Etats-Unis a refusé lundi 7 octobre 2013 de se saisir du recours de Warren Hill pour arrêter le processus d'exécution. L’état de Géorgie peut donc poursuivre la procédure. De nombreuses organisations, de malades ou de médecins, ainsi que des personnalités comme l'ex-président américain Jimmy Carter, de même que la famille de la victime elle-même, ont appelé à commuer la condamnation à mort de M. Hill en réclusion à perpétuité.

Warren Hill devrait être exécuté ce mardi 27 janvier 2015 à 19h00 heures locales (1h00 mercredi matin à Paris) au pénitencier de Jackson, Etat de Géorgie, Etats-Unis.

Une exécution reportée déjà à plusieurs reprises

  • Lundi 23 juillet 2012. A deux heures de l'horaire fatal, son exécution a été suspendue par la Cour suprême de Géorgie en raison d'un changement de procédure d'injection mortelle. Il devait être le premier condamné exécuté dans cet Etat par l'injection d'un seul produit, le pentobarbital, au lieu de trois produits auparavant
  • 19 Février 2013. A trois heures et demie de l'exécution, la Cour suprême de Géorgie a rejeté l'appel du condamné. Mais trois médecins qui avaient conclu que Warren Hill ne remplissait pas les critères de l'Etat de Géorgie en 2000, ont changé d'opinion. Ils ont estimé finalement qu’il était attardé mental «au-delà d'un doute raisonnable». Son exécution sera une nouvelle fois reportée.
  • Le 18 juillet 2013. Son exécution est suspendue, la veille de la date prévue. Gail Tusan, juge du tribunal du comté de Fulton (Géorgie), auprès de qui la défense du condamné avait tenté un dernier recours, a estimé qu'une récente loi de Géorgie concernant le produit injecté qui donne la mort ne respectait pas tous les droits du condamné et lui causait «un tort irrémédiable», selon la copie de la décision.