Espagne: Premier test pour Podemos en mars avec les élections anticipées en Andalousie

ESPAGNE Le parti antilibéral Podemos se dit prêt à ce premier challenge électoral en Andalousie...

20 Minutes avec AFP

— 

Alexis Tsipras, leader de Syriza avec Pablo Iglesias chef de Podemos, parti de gauche antilibéral espagnol le 22 janvier.
Alexis Tsipras, leader de Syriza avec Pablo Iglesias chef de Podemos, parti de gauche antilibéral espagnol le 22 janvier. — REX/REX/SIPA

Après la Grèce, l'Espagne? Alors que Syriza vient de remporter les élections dimanche soir en Grèce, son allié espagnol Podemos va affronter une bataille électorale en Andalousie dès mars. La présidente socialiste de l'Andalousie a annoncé lundi des élections anticipées le 22 mars dans cette grande région du sud de l'Espagne, tentant de prendre de court le nouveau parti antilibéral Podemos qui s'estime toutefois prêt pour ce premier test national.

>> Podemos, petit parti qui pourrait mater les gros

L'étoile montante du PSOE défie Podemos

Affirmant que son partenaire dans la coalition au pouvoir en Andalousie depuis les régionales de mars 2012, le regroupement écolo-communiste Izquierda Unida (IU), avait opéré «un virage radical», la présidente de la région espagnole la plus peuplée (huit millions d'habitants), Susana Diaz a publiquement reconnu leur divorce et dit vouloir «donner la parole aux Andalous» le 22 mars. Députée régionale et étoile montante du Parti socialiste (PSOE), Susana Diaz était arrivée à la tête de l'Andalousie en septembre 2013 en remplacement d'un autre socialiste, Antonio Griñan, mis en cause dans une vaste affaire de corruption qui éclabousse la branche andalouse du parti.

>> La montée de Syriza peut-elle booster les gauches radicales européennes?

Premier rendez-vous électoral pour Podemos

Créé il y a à peine un an en dénonçant justement l'austérité et la corruption des élites, Podemos, allié au parti de gauche radicale Syriza qui prend le pouvoir en Grèce, ira ainsi à son premier rendez-vous électoral sur la scène nationale, après son succès surprise aux européennes de mai, lorsqu'il avait remporté cinq sièges. «Nous pensons que nous allons enregistrer un résultat très important en Andalousie», a déclaré lundi le secrétaire d'organisation de Podemos, Sergio Pascual, en conférence de presse à Madrid.

Un calendrier électoral lourd pour l'Espagne

Reconnaissant qu'avancer d'un an la date des élections resserrait le calendrier, il a affirmé que Podemos, qui vient à peine de se structurer, était «largement préparé». Des primaires seront organisées sous peu pour choisir ses candidats, a-t-il ajouté. Fief de gauche, l'Andalousie est avec les Asturies (nord), une des deux seules régions, sur 17 au total, à être gouvernée par les socialistes.

L'Espagne est confrontée à un calendrier électoral chargé en 2015. Podemos se présentera sous sa bannière aux régionales partielles de mai puis aux législatives en novembre, pour lesquelles il est donné au coude-à-coude avec les conservateurs au pouvoir en Espagne dans les sondages. Ses membres doivent bientôt décider dans quelles villes ils se présenteront, dans le cadre d'une coalition ou sous leur propre nom, aux élections municipales.

Mots-clés :