Nucléaire: L'AIEA appelle à la vigilance contre les menaces «terroristes»

TERRORISME «La coopération internationale est extrêmement importante car les terroristes visent toujours les maillons faibles», rappelle Yukiya Amano, chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique…

20 Minutes avec AFP

— 

Yukiya Amano, director general of the International Atomic Energy Agency, delivers a lecture in Singapore on January 26, 2015. Amano spoke on "Atoms for Peace in the 21st Century" at the lecture organised by Energy Market Authority (EMA) .   AFP PHOTO / ROSLAN RAHMAN
Yukiya Amano, director general of the International Atomic Energy Agency, delivers a lecture in Singapore on January 26, 2015. Amano spoke on "Atoms for Peace in the 21st Century" at the lecture organised by Energy Market Authority (EMA) . AFP PHOTO / ROSLAN RAHMAN — AFP

Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a appelé lundi les gouvernements de pays ayant des installations nucléaires à ne pas relâcher la vigilance face aux menaces «terroristes». «Il s'agit d'un problème très sérieux pour la communauté internationale maintenant», a déclaré Yukiya Amano lors d'une conférence à Singapour.

«Les terroristes visent toujours les maillons faibles»

«Dans ce domaine, la coopération internationale est extrêmement importante car les terroristes visent toujours les maillons faibles», a-t-il ajouté. «Le pays qui ne reconnait pas l'existence de menaces de sabotages ou d'attaques terroristes contre les centrales ou installations nucléaires est le pays le plus dangereux», a-t-il encore dit, sans évoquer de risque ou de pays en particulier.

Selon des informations de presse publiées en juillet dernier, l'ambassadeur d'Irak auprès des Nations unies, Mohamed Ali Alhakim, avait écrit au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, pour l'informer que des insurgés s'étaient emparés de 40 kilos de composés d'uranium conservés à l'université de Mossoul. Le groupe Etat islamique, une organisation djihadiste aux méthodes très violentes, contrôle certaines régions d'Irak et de Syrie où il a proclamé un «califat islamique».