Routiers: De nouveaux blocages ciblés se mettent en place ce lundi matin

GREVE Nantes, Bordeaux, Caen, Angers et Rennes sont concernés par ces blocages qui ne laissent passer aucun camion. D’autres villes pourraient suivre dans la journée…

20 Minutes avec AFP

— 

Des camions sont garés sur la voie rapide autour de Caen lors d'un blocage routier de grévistes, le 19 janvier 2015
Des camions sont garés sur la voie rapide autour de Caen lors d'un blocage routier de grévistes, le 19 janvier 2015 — Charly Triballeau AFP

Comme prévu, les routiers mettaient en place lundi matin de nouveaux blocages de sites ciblés, dans toute la France, selon les syndicats. Les actions visent à pénaliser les patrons qui refusent la négociation salariale, pas les particuliers, et sont axées sur des sites logistiques et les grosses entreprises adhérentes des organisations patronales.

«Tout le monde passe sauf les camions»

«On bloque les zones pour empêcher les camions de sortir et même de rentrer», a indiqué Jérôme Vérité de la CGT. Près de l'aéroport de Nantes-Atlantique, une cinquantaine de militants syndicaux-chauffeurs routiers se sont ainsi postés sur la zone industrielle de Saint-Aignan Grandlieu depuis 5h, selon Thierry Mayer, élu CGT. «Vous pouvez rassurer les usagers, tout le monde passe sauf les camions», a-t-il dit.

Le but est de «toucher au porte-monnaie deux acteurs principaux de la FNTR» (Charles André et Norbert Dentressangle) qui «n'appliquent que les minima sociaux et freinent les discussions pour l'amélioration de la convention collective», a poursuivi Thierry Mayer.

Une dizaine de villes touchées

Selon les syndicats, des actions sont organisées à Bordeaux, Caen, Angers et Rennes. D'autres sont en place ou en cours de mise en place à Chambéry, Clermont-Ferrand, Compiègne, Dunkerque et Libercourt. Montpellier devrait être de la partie à la mi-journée tandis que Toulouse « va se mettre en place ».

Après un week-end de pause, les routiers ont repris un mouvement visant à pousser le patronat à revenir à la table des négociations salariales à l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, CFTC, CFE-CGC. La CFDT prévoit de mener à son tour des actions à partir de mercredi.