Daesh: La vidéo annonçant l'exécution d'un des otages jugée «crédible» par le Japon

TERRORISME La Maison Blanche a «fermement» condamné «le meurtre brutal du citoyen japonais Haruna Yukawa...

L.B. et M.C.

— 

Une photo tirée d'une vidéo montrant les deux otages japonais publiée par Daesh, le 20 janvier 2015
Une photo tirée d'une vidéo montrant les deux otages japonais publiée par Daesh, le 20 janvier 2015 — AP/SIPA
  • Une nouvelle vidéo jugée «crédible» annonce la mort de l'un des otages
  • Les terroristes réclament la libération d'une femme emprisonnée en Jordanie
  • Le Premier ministre japonais se dit «sans voix» et jure de répondre fermement
  • Barack Obama, David Cameron et François Hollande condamnent le meurtre présumé

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a jugé dimanche «élevée» la «crédibilité» de la vidéo annonçant l'exécution d'un otage nippon par le groupe Etat islamique (EI). Il a adressé ses condoléances à la famille de Haruna Yukawa et de nouveau exigé «la libération immédiate de l'otage restant», le journaliste Kenji Goto. Les images postées sur Internet montrent le journaliste portant une photo du second otage, apparemment tué.

>> A lire aussi: Qui sont les deux otages japonais de Daesh?

Shinzo Abe «sans voix»

Très rapidement, le Premier ministre japonais s'était dit «sans voix en pensant à la douleur des familles», dénonçant des procédés inadmissibles, à l'issue d'une réunion de crise tenue en urgence. Il a juré de répondre fermement. «Nous allons continuer de combattre le terrorisme, avec la communauté internationale », a-t-il déclaré à l'ouverture de ce conciliabule dimanche peu après 1h à Tokyo (17h samedi, heure française), selon les images diffusées à la télévision. Shinzo Abe a également une nouvelle fois demandé la libération immédiate du ou des otages restants.

De son côté, la Maison Blanche a «fermement» condamné «le meurtre brutal du citoyen japonais Haruna Yukawa par le groupe terroriste Etat islamique», selon un communiqué de l'exécutif américain. Le président américain Barack Obama, en route pour un déplacement en Inde, n'a pas attendu pour présenter ses «condoléances au peuple japonais» et demander la libération du second otage nippon.

De même, le Premier ministre britannique David Cameron a dénoncé «la barbarie» de Daesh: «Le meurtre brutal présumé de Haruna Yukawa et les autres menaces faites par l'EI rappellent une nouvelle fois la barbarie meurtrière de ces terroristes», a-t-il déclaré.

Dimanche, le président français François Hollande a également condamné «l'assassinat barbare» d'un otage japonais, tout en saluant «l'engagement déterminé du Japon dans la lutte contre le terrorisme international et son rôle actif en faveur de la paix au Moyen-Orient».

Des doutes initiaux sur la vidéo

Dans un message sonore accompagnant la photo de Kenji Goto, un homme s'exprimant en anglais avec un accent, qui dit être l'otage lui-même, présente les nouvelles demandes des terroristes. Cette fois, ceux-ci n'exigent plus d'argent mais la libération d'une femme emprisonnée en Jordanie pour avoir participé à un attentat à Amman en 2005.

Dimanche matin, l'authenticité du nouveau document n'était pas formellement établie, même si le Premier ministre a jugé leur «crédibilité» «élevée». «Nous continuons de vérifier», a déclaré le porte-parole du gouvernement. L'organisation SITE, qui analyse la propagande djihadiste, estime elle aussi que la vidéo est crédible, précisant qu'elle a été postée sur des comptes Twitter liés au groupe terroriste EI.

Cependant l'organe médiatique de groupes djihadistes Al Furqan, utilisé par le passé pour transmettre des vidéos d'exactions commises par les terroristes, n'a pas diffusé de message confirmant l'assassinat de Haruna Yukawa. Selon un expert de la chaîne publique NHK et d'autres spécialistes, le document présenterait en outre diverses étrangetés (mise en scène inhabituelle, absence de «logo» du groupe Etat islamique, pas de références religieuses). Cette vidéo était aussi contestée sur les réseaux sociaux par des internautes soutenant l'EI.