La société de Luc Besson réclame 60 millions d’euros à Deloitte

JUSTICE Europacorp juge «infondée» la réserve des commissaires aux comptes sur la sincérité de ses comptes et dénonce la «volonté de nuire» du cabinet....

20 Minutes avec agences
— 
Europacorp, la "mini-major" du cinéaste Luc Besson, table sur le succès de la levée de 20 millions d'euros, souscrite à "plus de 90%", avec le soutien de la Caisse des dépôts (CDC) et de son nouvel actionnaire, Habert Dassault.
Europacorp, la "mini-major" du cinéaste Luc Besson, table sur le succès de la levée de 20 millions d'euros, souscrite à "plus de 90%", avec le soutien de la Caisse des dépôts (CDC) et de son nouvel actionnaire, Habert Dassault. — Tiziana Fabi afp.com

Europacorp, la société de Luc Besson réclame 60 millions d’euros de dommages et intérêts au cabinet d’audit Deloitte. D'après Challenges, la société de production et de distribution de cinéma estime que la démission du commissaire aux comptes issu de Deloitte, l’un des leaders mondiaux de l’audit, et de son suppléant en juillet, à l’approche de l’assemblée générale du groupe, et la réserve émise sur ses comptes (qui avait fait plonger son titre en Bourse de 21,8% lors de l’annonce des résultats) lui a créé un préjudice «d'image et financier» important.

En juin, Europacorp avait, en effet, publié un résultat tout juste à l’équilibre (+0,2 million d’euros) pour son exercice décalé 2013/14, après un bénéfice de 19,6 millions un an plus tôt. Le groupe avait alors précisé que les commissaires aux comptes avaient émis une réserve «compte tenu de l’existence d’une divergence d’analyse technique avec la société, portant sur le calendrier de comptabilisation du chiffre d’affaires de 45 millions de dollars lié à l’accord dit de buy-out avec la Fox».

Le groupe aurait frôlé le rouge

Europacorp a conclu un accord de cession de droits à recettes par lequel la société américaine Fox s’est engagée à lui payer 45 millions de dollars pour l’exploitation future des films Taken et Taken 2, ainsi que certaines recettes liées à Taken 3. Les commissaires ont estimé que ces recettes auraient dû être étalées dans le temps. Selon Deloitte, le chiffre d’affaires 2013/14 d’Europacop aurait dû être minoré de 29,7 millions d’euros et le résultat net de 8,5 millions, ce qui aurait fait plonger le groupe dans le rouge sur cet exercice.

«Nous contestons cette réserve qui est manifestement infondée, et comme il n'y a pas d'autre possibilité de la contester, le seul moyen c'est d'avoir le point de vue du tribunal sur le sujet», a précisé l'avocat d'Europacorp Arnaud de Senilhes. La démission du commissaire aux comptes et de son suppléant le 15 juillet, alors que l'assemblée générale du groupe était prévue le 26 septembre, «démontre une volonté de nuire», insiste le juriste. De son côté, le cabinet Deloitte se déclare «serein sur les positions prises collégialement dans l'exercice de sa mission et considère la demande (d'Europacorp) et son montant comme infondés».