«Les mails de la fac nous tenaient au courant»

TEMOIGNAGE Kelly Gleeson, 22 ans, était sur le campus au moment de la tuerie...

— 

Hommage aux victimes du massacre sur le campus de Virginia Tech, aux Etats-Unis.
Hommage aux victimes du massacre sur le campus de Virginia Tech, aux Etats-Unis. — reuters

Kelly Gleeson, 22 ans, étudiante en économie à Virginia Tech témoigne de la fusillade qui a fait plus de trente morts sur le campus, lundi.

«J’étais dans ma chambre universitaire quand c’est arrivé. Je n’ai pas entendu les coups de feu mais les sirènes des voitures de police. Il était 9 heures. J’ai reçu un mail de l’université qui a dit ce qui se passait et ordonnait aux étudiants de ne pas sortir et de tout fermer à clef. On est resté à dix dans la chambre toute la journée, à regarder les informations à la télé. C’était confus, on était tous sous le choc. On a appelé nos familles et nos amis du campus pour s’assurer que tout allait bien. Les mails de la fac continuaient de nous tenir au courant. Quand la police a réussi à sécuriser le bâtiment, on a eu le droit de sortir.

Veillée à la bougie

On a aussitôt décidé d’organiser un hommage à la mémoire des victimes. Mardi soir, 10.000 personnes viendront sur le campus à 20h pour une veillée à la bougie. Ce sera un moment de solidarité très fort. Je ne connais aucune victime personnellement, mais ce sont toutes des amis d’amis. Après cette tragédie, notre communauté reste plus soudée que jamais. C’est inimaginable de penser que quelqu’un puisse commettre un tel massacre, et rien ne nous permet de nous préparer à ça, mais j’espère que nous réussirons à la reconstruire.

Recueilli par Faustine Vincent