Daniel Pearl inscrit sur le Mur de l'Holocauste

MIAMI Le nom du journaliste assassiné rejoint celui de 30.000 victimes du nazisme...

— 

Soupçonné d'avoir commandité et participé à l'assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en janvier 2002, Cheikh Mohammed évoque d'une manière extrêmement confuse le journaliste du Wall Street Journal qu'il qualifie "d'agent du Mossad", les services secrets israéliens.
Soupçonné d'avoir commandité et participé à l'assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en janvier 2002, Cheikh Mohammed évoque d'une manière extrêmement confuse le journaliste du Wall Street Journal qu'il qualifie "d'agent du Mossad", les services secrets israéliens. — HO AFP/Archives

Le nom de Daniel Pearl, ancien correspondant du «Wall Street Journal» en Asie du Sud décapité par des islamistes en 2002, a été ajouté dimanche aux 30.000 noms du Mur de l’Holocauste de Miami, en Floride. Selon le père du journaliste, Judea Pearl, bien que les bourreaux de son fils ne soient pas des nazis, une haine commune relie les atrocités de la Shoah à la mort de Daniel Pearl. «Les forces de la barbarie et du mal sont toujours actives dans le monde. L’Holocauste ne s’est pas achevé en 1945», a-t-il déclaré lors de la cérémonie.

Judea Pearl, qui a écrit un livre en 2004 intitulé «Je suis juif» - en référence au dernières paroles prononcées par son fils – a dit qu’il se souviendrait toujours de lui comme d’un «journaliste qui court le monde avec un violon et un ordinateur portable pour révéler l’amitié et la bonne volonté des humains qui se cachent derrière l’actualité».