Raid israélien: La mort d'un général iranien confirmée

INTERNATIONAL L'attaque de dimanche dans le Golan avait aussi tué six membres du Hezbollah libanais...

20 Minutes avec AFP

— 

La ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël près de Quneitra, le 30 août 2014.
La ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël près de Quneitra, le 30 août 2014. — Ahmad Gharabli AFP

L'Iran a confirmé lundi la mort d'un général des Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite du régime, dans le raid israélien dimanche sur le Golan syrien qui a également fait six morts parmi les membres du Hezbollah libanais.

«Un nombre de combattants et des forces de la Résistance islamique, avec le général Mohammad Ali Allahdadi, ont été attaqués par des hélicoptères du régime sioniste en visitant la zone de Quneïtra (..) Ce général courageux et d'autres membres du Hezbollah sont tombés en martyrs», ont indiqué les Gardiens dans un communiqué publié sur leur site Internet Sepahnews.

Par ailleurs, côté libanais, six membres du Hezbollah sont morts dans le même raid israélien, dont un commandant du groupe, «le commandant militaire Mohammad Issa, un des responsables du dossier Irak-Syrie, ainsi que Jihad, un fils d'Imad Moughniyeh», a fait savoir le groupe.

Israël a annoncé un raid contre des «éléments terroristes»

Israël a durement frappé ses bêtes noires, le Hezbollah et son parrain l'Iran. Dimanche, le pays avait annoncé un raid aérien sur le Golan syrien contre des «éléments terroristes» accusés de préparer des attaques contre l'Etat hébreu, sans plus de précision sur les personnes ciblées ni les attentats qu'ils auraient préparés. Israël a déjà frappé à plusieurs reprises en Syrie, pour empêcher selon lui des transferts d'armes vers le puissant mouvement armé libanais.

Le Hezbollah est financé et armé par l'Iran. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait menacé jeudi de riposter aux raids israéliens, annonçant pour la première fois que son parti possédait depuis 2006 des missiles iraniens Fateh-110 pouvant atteindre tout le territoire israélien.

La frappe a déclenché la colère des partisans du Hezbollah, mais les analystes ne croient pas à une guerre généralisée.