A Casablanca, deux frères terroristes se font exploser près d'un centre culturel américain

TERRORISME Seuls les deux porteurs de bombes ont été tués...

JH, avec AFP

— 

A Casablanca, tous les corps de sécurité étaient mobilisés vendredi pour empêcher d'éventuelles attaques terroristes dans la ville la plus peuplée du royaume.
A Casablanca, tous les corps de sécurité étaient mobilisés vendredi pour empêcher d'éventuelles attaques terroristes dans la ville la plus peuplée du royaume. — Abdelhak Senna AFP/Archives

Deux kamikazes se sont fait exploser avec leurs charges samedi matin près d'un centre culturel américain dans le centre de Casablanca.

Selon l’agence de presse marocaine MAP, les deux hommes seraient deux frères, Mohamed et Omar Maha, 31 et 22 ans, originaires de Casablanca. Selon des témoins, à 09H05 GMT (11h45 à Paris), Mohamed se serait approché à 40 mètres de l'entrée du consulat général américain, gardée par plusieurs voitures de police. «Il était vêtu d'un jeans et d'un pull noir et de vieilles espadrilles, et il avait l'air pauvre, misérable», a raconté Mohammad, 45 ans, un agent de sécurité d'une banque qui se trouve en face du consulat.

Il aurait alors demandé l'autorisation d'entrer dans le centre culturel de Dar América proche du consulat américain. Alors qu’un policier lui demandait des explications, «Il s'est fait exploser à trois mètres de l'une des fourgonnettes de la police», poursuit Mohammad. «Une partie des viscères ont atterri sur une terrasse de la banque. Les Américains ont certainement filmé toute la scène avec les caméras placées à l'entrée du consulat», a-t-il ajouté.

Son frère Omar Maha a continué sur le boulevard Moulay Youssef, dans un quartier chic de la métropole, et en entendant la déflagration, il a couru et s'est fait exploser devant une école privée de langue, l'American Language Center, à 150 mètres du lieu du premier attentat, a raconté un serveur de café qui a suivi la scène depuis sa terrasse. Une passante a été blessée, a indiqué une source policière.

Arrestation du chef du groupe responsable des dernières explosions.
Six suspects ont été interpellés dans le quartier après cette double explosion, et l'un d'eux serait en relation avec les deux kamikazes. Il a été arrêté dans un immeuble et les policiers ont trouvé une ceinture, mais sans explosif, a indiqué une source policière.

Les services de sécurité ont également arrêté samedi matin dans le bidonville de Sidi Moumen, dans la périphérie de Casablanca, celui qu'ils présentent comme le chef du groupe responsable de l'explosion du 11 mars dans un cybercafé et celles du 10 avril à Casablanca, a annoncé la police marocaine.

Tous les kamikazes du 11 mars et du 10 avril, ont grandi dans ce quartier misérable de Sidi Moumen, à la périphérie de la métropole.

Mardi, dans un quartier populaire de la capitale économique du Maroc, trois kamikazes ont fait exploser leurs charges, un quatrième a été abattu avant d'actionner ses explosifs et un policier a été tué. Le 11 mars, Abdelfettah Raidy avait trouvé la mort en actionnant des explosifs qu'il transportait sur lui dans un cybercafé de Casablanca. L'explosion avait blessé son complice présumé, Youssef Khoudri et trois clients. Le troisième n'a pas encore été identifié.

Les explosions de mardi et de samedi à Casablanca n'ont pas jusqu'ici été revendiquées et les kamikazes marocains n'ont pas fait connaître de demandes précises avant de se faire exploser.

Ces attaques interviennent trois jours après la série d’attentats revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb qui a frappé Alger, l'ambassade américaine en Algérie a mis en garde ses ressortissants contre d'éventuels attentats terroristes, qui pourraient survenir samedi dans le centre d'Alger.

Image de Une (Reuters): deux policiers dans le centre de Casablanca, samedi.