Nigeria: Une fillette de 10 ans explose sur un marché et tue au moins 18 personnes

MONDE Un attentat dont le groupe islamiste Boko Haram qui ravage la région semble être à l'origine…

20 Minutes avec AFP

— 

Un membre d'une milice anti-Boko Haram à yola, au Nigeria, le 26 novembre 2014.
Un membre d'une milice anti-Boko Haram à yola, au Nigeria, le 26 novembre 2014. — Sunday Alamba/AP/SIPA

Le cauchemar continue au Nigeria.  Ce samedi, au moins 19 personnes ont péri samedi lorsqu'une bombe fixée sur une fillette d'une dizaine d'années a explosé dans un marché bondé de Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria.

Recours à des femmes et des fillettes pour mener des attentats

Selon Ashiru Mustapha, membre d'un groupe local d'auto-défense, la bombe a explosé alors que l'enfant faisait l'objet d'une fouille à l'entrée du marché.

Il doute qu'il s'agisse d'un acte délibéré de la fillette. «La fillette avait une dizaine d'années et je doute fort qu'elle savait véritablement ce qui était fixé à son corps», a-t-il dit à l'AFP.

«En fait, elle était contrôlée à l'entrée du marché et le détecteur de métaux venait de signaler qu'elle portait quelque chose sur elle. Malheureusement, la charge a explosé avant qu'elle n'ait pu être isolée», a poursuivi Ashiru Mustapha.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du marché alors que des personnels de santé examinaient les décombres et récupéraient les restes humains.

Selon un membre de la Croix-Rouge qui a préféré rester anonyme, «de nombreuses victimes présentaient des blessures graves pouvant entraîner la mort.

Boko Haram sème la terreur

Il n'y a pour l'instant aucune revendication. Mais depuis six ans et le début de son combat pour imposer un Etat islamique rigoriste au Nigeria, le groupe rebelle Boko Haram a multiplié le recours à des femmes et des fillettes pour mener des attentats.

Peu de temps après, une autre explosion a secoué Potiskum, la capitale économique de l'Etat de Yobe, à une centaine de kilomètresà l'ouest. Un policier a été tué alors qu'il contrôlait un véhicule devant un poste de police. Le kamikaze qui conduisait la voiture piégée a également trouvé la mort.

Ces attentats interviennent une semaine après une attaque meurtrière de Boko Haram sur le village de pêcheurs de Baga dans l'Etat de Borno (nord), peut-être la plus sanglante de celles menées depuis six ans par le groupe islamiste.