Libération de prisonniers : Marwan Barghouti pas au menu?

PROCHE-ORIENT C'est ce qu'affirme le gouvernement israélien...

— 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a dit dimanche à une télévision égyptienne qu'il demanderait la libération de deux chefs palestiniens détenus en Israël, Marwan Barghouthi et Ahmed Saadat, dans le cadre d'un échange avec un soldat israélien capturé par des Palestiniens.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a dit dimanche à une télévision égyptienne qu'il demanderait la libération de deux chefs palestiniens détenus en Israël, Marwan Barghouthi et Ahmed Saadat, dans le cadre d'un échange avec un soldat israélien capturé par des Palestiniens. — André Durand AFP/archives

Le leader emprisonné du Fatah, Marwan Barghouti, ne figure pas sur la liste des prisonniers palestiniens communiquée par les médiateurs égyptiens à Israël en vue d'un éventuel échange avec le soldat franco-israélien Gilad Shalit, a indiqué mercredi le ministre de l'Habitat israélien, Meir Sheetrit. Une information contraire à ce qu’avait affirmé le 8 avril le ministre palestinien de l'Information, Moustapha Barghouti.

Israël «déçu» par la liste de prisonniers proposés


Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, avait convoqué mardi une réunion de responsables de la sécurité pour discuter de cette liste. Selon un communiqué de son bureau, les «participants ont exprimé leur déception et leurs réserves sur la liste de prisonniers». Façon de laisser entendre que certains détenus «ont du sang sur les mains"» une expression pour qualifier des Palestiniens ayant commis ou planifié des attaques anti-israéliennes.

«L’expression ‘avoir du sang sur les mains’ est absurde»

«Israël représente le principal obstacle pour parvenir à un accord sur un échange de prisonniers. Avec la position qu'il a adoptée, Israël affirme qu'il ne souhaite pas la libération de Shalit et ne souhaite pas d'accord», a réagi mercredi Ghazi Hamad, le porte-parole du Premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh. «Il n'existe aucune excuse pour refuser les noms présentés à Israël. L'expression ‘avoir du sang sur les mains’ est absurde et nous la rejetons entièrement. Dans le passé, Israël a effectué des échanges de prisonniers avec des membres du Hezbollah qui avaient tué des Israéliens».