Le ferry Norman Atlantic, dont l'incendie a fait au moins 13 morts et un nombre indéterminé de "disparus", est amarré le 2 janvier 2015 dans le port de Brindisi, dans le sud de l'Italie.
Le ferry Norman Atlantic, dont l'incendie a fait au moins 13 morts et un nombre indéterminé de "disparus", est amarré le 2 janvier 2015 dans le port de Brindisi, dans le sud de l'Italie. — Antonio Calanni/AP/SIPA

DRAME

Incendie du Norman Atlantic: La boîte noire du ferry retrouvée

Pour le moment, il n'est pas possible d'entrer dans le garage du ferry pour des raisons de sécurité, a précisé Ettore Cardinali, le magistrat italien qui mène l'enquête... 

Le ferry Norman Atlantic, dont l'incendie a fait au moins 13 morts et un nombre indéterminé de « disparus », est amarré depuis ce vendredi dans le port de Brindisi (sud-est) où sa «boîte noire » a été récupérée, a-t-on appris de source judiciaire.

Le procureur de Bari (sud-est), Giuseppe Volpe, chargé de l'enquête en Italie, a ordonné le retour du ferry en Italie pour pouvoir poursuivre les recherches d'éventuels corps de passagers clandestins ou de passagers qui dormaient dans leurs cabines lorsque le feu s'est déclaré à bord dimanche.

Pas encore possible d’entrer dans le garage du ferry

Ettore Cardinali, le magistrat qui mène l'enquête sous la direction du procureur Giuseppe Volpe, a effectué dans l'après-midi une première inspection rapide du navire au cours de laquelle il a récupéré la boîte noire du ferry.

«Pour le moment il n'est pas possible d'entrer dans le garage du ferry pour des raisons de sécurité car cela présenterait des risques pour tous», a expliqué Ettore Cardinali à la presse en descendant du Norman Atlantic. Le magistrat, détaché par le parquet de Bari, a précisé qu'il se rendra à nouveau samedi et dans les prochains jours à Brindisi pour poursuivre l'enquête.

La présence de clandestins à bord établie

En attendant la fouille détaillée de l'épave dans le port de Brindisi par les autorités judiciaires, le mystère reste entier sur le nombre exact de victimes de l'incendie. La présence de clandestins à bord a été « établie », trois d'entre eux ont été identifiés, deux Afghans et un Syrien ayant demandé l'asile politique, selon le procureur Giuseppe Volpe. Mais il y en avait sans doute également cachés dans les nombreux camions transportés par le Norman Atlantic, avait-il expliqué. Or, l'incendie s'est déclenché au niveau des ponts inférieurs, là où étaient garés ces camions.

Plusieurs rescapés ont évoqué la présence de migrants clandestins à bord, à leur arrivée mardi à Brindisi ou lundi à Bari, un peu plus au nord. Près de 500 personnes ont pu se trouver à bord du Norman Atlantic, selon les estimations non confirmées du procureur Volpe. La liste d'embarquement, en revanche, ne comprenait que les noms enregistrés de 474 personnes, selon la compagnie grecque Anek, qui avait affrété le ferry.