Daesh publie un «entretien» avec le pilote jordanien capturé

DJIHAD «L'interview» a été publiée dans «Dabiq», le magazine en anglais du mouvement ultra-radical...

C.B. avec AFP

— 

Des Syriens passent en voiture devant une usine détruite où a été peint le drapeau de Daesh, à Alep, le 18 novembre 2014.
Des Syriens passent en voiture devant une usine détruite où a été peint le drapeau de Daesh, à Alep, le 18 novembre 2014. — JOSEPH EID / AFP

Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a publié ce qu'il présente comme une interview avec un pilote jordanien capturé la semaine dernière, dans son magazine en anglais, Dabiq, paru lundi. Le jeune homme de 26 ans, a été capturé par l'EI le 24 décembre après le crash de son F-16 au dessus de la Syrie, où il menait un raid sur des positions du groupe ultra-radical dans le cadre de la coalition internationale anti-djihadistes.

Dans cet «entretien» accompagné de photos, Maaz al-Kassasbeh affirme que son avion a été abattu par un missile muni d'un détecteur infrarouge, une version correspondant à ce que les djihadistes avaient affirmé au moment de sa capture. Mais la Jordanie et les Etats-Unis ont rejeté cette thèse.

Le jeune pilote s'attend à être tué par ses ravisseurs

Le jeune homme est également cité expliquant comment les différents pays de la coalition coordonnent les raids en Syrie, et que son rôle était de détruire des armes anti-aériennes et de couvrir des frappes. Il dit encore s'attendre à être tué par ses ravisseurs. La perte de cet appareil et la capture du pilote est la première depuis le lancement de la campagne de frappes de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie, et un important outil de propagande pour l'EI.

Parallèlement, les djihadistes ont lancé une discussion sur Twitter pour demander aux internautes quelle est selon eux la meilleure façon de tuer le «cochon de pilote jordanien», rapporte le site Vocativ. Le hashtag arabe «Suggérer un moyen de tuer le cochon de pilote jordanien» a été retweeté plus de mille fois, selon Vocativ. Parmi les idées suggérées par les adeptes de Daesh, il y a la décapitation, brûler vif le pilote ou encore traîner son corps avec un bulldozer.

«Empalé et accroché sur un poteau afin qu'il meurt lentement»

Une femme, qui prétend être la mère d'un Syrien tué par une frappe aérienne de la coalition, a proposé que le jeune pilote soit «empalé et accroché sur un poteau afin qu'il meurt lentement». Elle estime que le tuer par arme à feu ou au couteau serait trop «miséricordieux». La Jordanie a menacé les islamistes «de graves conséquences» si le pilote est blessé. Daesh affirme qu’il laissera la vie du pilote sauve si la Jordanie abandonne la coalition et libère plusieurs prisonniers.

Outre les Etats-Unis et la Jordanie, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn participent aux frappes en Syrie. L'Australie, la Belgique, la Grande-Bretagne, le Canada, le Danemark, la France et les Pays-Bas prennent part aux côtés des Américains aux raids en Irak. Le groupe djihadiste responsable d'atrocités a pris de larges pans de territoire en Irak et en Syrie et proclamé un califat islamique à cheval entre les deux pays.