Russie: L'opposant Alexeï Navalny condamné à de la prison avec sursis

JUSTICE Il a été reconnu coupable de détournement d'argent au détriment d'une filiale de la société française Yves Rocher...

20 Minutes avec AFP

— 

Alexeï Navalny à la sortie du tribunal le 14 août 2014 à Moscou
Alexeï Navalny à la sortie du tribunal le 14 août 2014 à Moscou — Alexander Nemenov AFP

L'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny a été reconnu coupable mardi par la justice russe de détournement d'argent au détriment d'une filiale de la société française Yves Rocher et condamné à trois ans et six mois de prison avec sursis.

Du ferme pour son frère

Son frère Oleg a lui écopé de trois ans et demi de prison ferme, lui aussi reconnu coupable d'avoir détourné de l'argent, selon une journaliste de l'AFP présente lors de l'énoncé du jugement par le tribunal. «Pour quel motif vous le mettez en prison? C'est quoi cette saloperie? C'est pour me punir davantage?», s'est exclamé l'opposant, martelant la table de ses poings avant de saluer son frère, emmené par des policiers.

Le Parquet avait requis au départ une peine de huit ans de prison pour Oleg Navalny, soit moins que celle requise contre l'opposant, dix ans de prison.

Les deux frères ont été reconnus coupables d'avoir détourné 27 millions de roubles (384.000 euros au cours de mardi) au détriment de la filiale russe d'Yves Rocher. Ils ont également été condamnés à verser des indemnités de 4,4 millions de roubles (environ 63.200 euros) à la firme.

Appel à manifester

L'entreprise française de cosmétiques avait pourtant indiqué par la voix de Christian Melnik, directeur financier de sa filiale russe, n'avoir subi «aucun dommage» à la suite de sa collaboration avec la société de transport des frères Navalny, Glavpodpiska.

Le jugement du procès, dont la date de l'énoncé avait été brusquement avancée du 15 janvier à mardi, a été rendu en moins d'une quinzaine de minutes, une durée inhabituelle dans un pays où il n'est pas rare que la lecture des décisions de justice dure plusieurs heures. A l'extérieur du tribunal, une centaine de soutiens de l'opposant et de journalistes attendaient sous une température glaciale. Une personne au moins a été arrêtée, et d'importants renforts policiers bouclaient la rue du tribunal, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Ses soutiens appelaient à manifester mardi à 19h locales (17h heure française) sur la place du Manège, au pied de la muraille du Kremlin. Mardi matin, ils étaient 16.000 membres du réseau social Facebook à affirmer qu'ils se rendraient à la manifestation, alors que des camions des forces de l'ordre occupaient déjà la place, selon des photos diffusées sur Twitter.