Gabon: Manifestation pro-pouvoir devant l'ambassade de France

MANIFESTATION Un article diffusé mardi sur le site internet de l'émission «Les observateurs de F24» a également créé la polémique...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation interdite de l'opposition à Libreville, qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l'ordre, le 20 décembre 2014
Manifestation interdite de l'opposition à Libreville, qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l'ordre, le 20 décembre 2014 — Celia Lebur AFP

Une centaine de militants proches du pouvoir gabonais ont manifesté vendredi devant l'ambassade de France à Libreville, accusant des médias français d'attiser «la haine» dans leur pays, après la manifestation violente de la semaine dernière, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Le Gabon est indépendant!»? «Non à l'instrumentalisation», pouvait-on lire sur les banderoles brandies par les manifestants, qui se sont dispersés dans le calme en fin de matinée.

«Relayer la propagande de l'opposition»

«Nous protestons contre l'immixtion d'une certaine presse (française) dans la vie politique du Gabon, qui vise à attiser la haine contre le chef de l'Etat et entre Gabonais», a affirmé l'un d'eux, Frédéric Ntera Etoua. Principale cible des quolibets: la chaîne d'information France 24, accusée de «relayer la propagande de l'opposition» après la manifestation violente du week-end.

Un article diffusé mardi sur le site internet de l'émission «Les observateurs de F24» a également créé la polémique. Intitulé «Le luxueux parc automobile de la présidence gabonaise», il montrait des photos d'un «contrat d'achat» de près de 15 millions d'euros censé avoir été passé par la présidence en 2010, ainsi que plusieurs de ces véhicules de luxe.

Lors d'une conférence de presse jeudi, le porte-parole de la présidence Alain-Claude Bilie By Nzé, a fustigé la chaîne française, allant jusqu'à la comparer avec la radio «Mille collines», qui joua un rôle déterminant dans l'incitation à la haine au cours du génocide rwandais au début des années 90.