Tsunami: Une telle catastrophe pourrait-elle se reproduire?

CATASTROPHE Les autorités des pays touchés il y a dix ans craignent un relâchement de la vigilance...

20 Minutes avec AFP

— 

Un Sri-lankais joue dans une vague à Peraliya le 26 décembre 2014.
Un Sri-lankais joue dans une vague à Peraliya le 26 décembre 2014. — AFP

Dix ans après le tsunami le plus meurtrier jamais enregistré, les autorités craignent qu'un relâchement de la vigilance ne mette à mal les progrès réalisés grâce à la mise en place depuis quelques années d'un système hi-tech d'avertissement.

«La plupart des gens veulent oublier, je peux comprendre. Mais je pense qu'il est également très important de se rappeler ce qui est arrivé et cela pour des raisons de sécurité», estime Mathias Mann, qui vient de déposer des fleurs dans un cimetière de la province de Phang Nga en Thaïlande, en l'honneur d'un collègue allemand qui a disparu.

Le 26 décembre 2004, après un séisme de magnitude 9,3 au large de l'Indonésie, un tsunami a frappé l'Indonésie mais aussi le Sri Lanka ou la Somalie et fait plus de 220.000 victimes sur son passage.

>> Tsunami, dix ans après: l'Indonésie lance les commémorations

Un ambitieux réseau de marégraphes

«Nous avancions à l'aveuglette, sans aucune sorte de capteurs dans l'océan Indien», a rappelé Charles McCreery, directeur du Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique, lors d'une récente conférence en Indonésie.

Mis en place en 2011, l'ambitieux réseau de marégraphes (qui mesurent le niveau de la mer), de bouées océaniques en eau profonde et de moniteurs sismiques est utilisé pour avertir les pays d'un tsunami imminent.

Mis à l'épreuve il y a deux ans, ce système a fonctionné: après un séisme géant au large de Sumatra tous les pays à risque ont été prévenus en 12 minutes. Ce tremblement de terre n'a finalement engendré aucun tsunami.

De plus, 24 pays de la zone ont mis en place leurs propres centres d'alerte nationaux.

En Thaïlande, où 5.395 personnes ont péri dont la moitié de touristes étrangers - 129 tours d'alerte ont été installées dans le sud-ouest et ces dernières sont reliées à un centre de surveillance à Bangkok. Une vague géante déclencherait les sirènes et des annonces en plusieurs langues.