Vatican: Dans un monde en conflit, le pape lance un appel «à la douceur»

RELIGION Le pape François a exhorté à faire preuve de «douceur»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François célèbre la messe de Noël à la basilique Saint-Pierre au Vatican le 24 décembre 2014
Le pape François célèbre la messe de Noël à la basilique Saint-Pierre au Vatican le 24 décembre 2014 — Alberto Pizzoli AFP

Le pape François a exhorté mercredi lors de la messe de Noël les chrétiens à montrer «tendresse» et «douceur» dans les situations «les plus dures», y compris les conflits, alors que les chrétiens d'Orient fêtent cette année la naissance du Christ au milieu des violences.

Agé de 78 ans, Jorge Bergoglio a célébré sa deuxième messe de Noël au Vatican, dans le cadre chargé et monumental de la basilique Saint-Pierre, devant quelque 5.000 fidèles. Entré en procession dans la basilique au son traditionnel de la «Kalenda», chant grégorien annonçant la nativité du Christ, le pape a enlevé un drap qui voilait une statuette de l'enfant Jésus qu'avait porté deux enfants syrien et libanais.C'est plus tard à genoux, prostré, qu'il a écouté l'«Et incarnatus est» («Et il s'est fait chair») de la Messe en Do Mineur de Wolfgang Amadeus Mozart.

«Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse»

Dans son homélie, le pape argentin a invité les 1,2 milliard de catholiques à ne pas céder à la colère dans leur vie, et à montrer de l'empathie pour les personnes en difficulté: «Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n'importe quel conflit».La prière universelle a été récitée en plusieurs langues, dont le chinois et l'arabe.

A Bethléem, lieu de naissance du Christ selon la tradition, les cloches ont carillonné avant que le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, préside la grand-messe de Noël en l'église Sainte-Catherine, contiguë à la Basilique de la Nativité.Dans cette ville, lieu de naissance du Christ selon la tradition, les pèlerins étrangers se faisaient très rares mercredi, le climat de tensions exacerbées depuis des mois ayant fait fuir les touristes.

Violences à Gaza

Les festivités étaient ternies par de nouvelles violences dans l'enclave de Gaza, ravagée durant l'été par un conflit ayant fait près de 2.200 morts côté palestinien et 73 côté israélien.

Ce Noël est particulièrement difficile pour les 150.000 chrétiens déplacés d'Irak, qui «vivent une situation tragique et à qui aucune solution rapide n'est proposée», a déclaré le patriarche chaldéen Louis Sako à l'AFP à Bagdad. «Tout particulièrement en cette période de Noël, ils ont besoin de signes qui les rassurent. Il faut leur dire qu'ils ne sont pas abandonnés et oubliés», a-t-il ajouté.