En immersion sur les terres du groupe Etat Islamique

TEMOIGNAGE Le journaliste et auteur allemand Jürgen Todenhöfer a passé dix jours parmi les djihadistes du groupe Etat Islamique sur les territoires qu’ils contrôlent en Syrie et en Irak...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne américaine CNN montrant le journaliste et auteur allemand Jürgen Todenhöfer interviewer l'un des djihadistes de l'EI lors de son séjour sur les territoires qu’ils contrôlent en Syrie et en Irak.
Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne américaine CNN montrant le journaliste et auteur allemand Jürgen Todenhöfer interviewer l'un des djihadistes de l'EI lors de son séjour sur les territoires qu’ils contrôlent en Syrie et en Irak. — 20 Minutes/CNN

Il a passé dix jours parmi les djihadistes du groupe Etat Islamique (EI). Jürgen Todenhöfer, un journaliste et auteur allemand de 74 ans, a réussi à séjourner pendant plus d’une semaine sur les territoires de l’EI, à Raqqa et Deir Ezzor en Syrie, ainsi qu’à Mossoul, ville irakienne devenue «capitale» du califat proclamé par le leader de l’EI, en juin dernier.

Au cours de son périple, Jürgen Todenhöfer -qui doit publier son récit 10 jours dans l'Etat Islamique ce lundi- a pu s’entretenir avec des djihadistes, dont la force réside selon lui dans leur «volonté de mourir sur le champ de bataille». Il décrit ainsi la «lueur» dans les yeux des quelque cinquante combattants qui se présentent chaque jour pour grossir les rangs. «Ils ont l’impression d’arriver sur la terre promise, qu’ils combattent pour la bonne cause», a-t-il raconté lors d’une interview à CNN.

«Ils ne représentent qu’1% du monde islamique, mais ce mouvement a la puissance d’un tsunami nucléaire. C’est incroyable. J’ai été très surpris. Je ne comprends pas cette ferveur», a encore jugé Jürgen Todenhöfer, soulignant  que l'organisation est «bien plus et bien plus dangereuse» que ce que les dirigeants occidentaux imaginent. 

Les membres de l'EI «croient en ce pour quoi ils se battent et se préparent pour le plus grand nettoyage religieux de l'Histoire», souligne le journaliste, qui a notamment rencontré un djihadiste Allemand parlant au nom du commandement de l'EI. «Nous allons conquérir l'Europe un jour. La question n'est pas de savoir si nous allons le faire, mais quand. (…) 150, 200 ou 500 millions, cela ne nous importe peu. Nous les tuerons tous», lui assène-t-il, comme le montre l’extrait diffusé par la chaîne américaine avant une émission spéciale d’une demi-heure prévue ce lundi.

Lors de son séjour, Jürgen Todenhöfer a également pu visiter la mosquée où Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l’EI, a proclamé le «califat» le 29 juin dernier. Il a aussi pu accéder brièvement à un prisonnier kurde -qui lui a étrangement affirmé n’avoir pas été torturé-, et observer comment les populations vivent sous la coupe du groupe islamiste. «Il y a un sentiment de normalité terrible à Mossoul», a-t-il raconté. Alors que «130 000 chrétiens ont été chassés de la ville, que les chiites ont fuie, et que beaucoup ont été tués, la ville continue de tourner et que de nombreuses personnes apprécient même la stabilité que l'Etat Islamique a apportée», note-t-il, soulignant toutefois que la peur est dans l'air parmi les habitants, qui craignent la répression sévère de l’EI.