Les pirates laissent repartir deux bateaux

— 

Deux bateaux arraisonnés par des pirates dans les eaux somaliennes, dont un cargo affrété par le Programme alimentaire mondial (Pam), ont pu repartir librement, a-t-on appris samedi de source officielle maritime au Kenya, pays frontalier de la Somalie.

«Le MV Rozen a été libéré et on l'attend d'un moment à l'autre à Mombasa (sud-est du Kenya). Il a été libéré hier (vendredi). On nous a dit que l'équipage est en bonne santé», a déclaré à l'AFP Andrew Mwangura, responsable kenyan d'un programme d'assistance aux marins, basé dans la ville portuaire de Mombasa (sud-est du Kenya).

Le Pam a confirmé que les pirates avaient quitté le navire. Dans un communiqué publié à Nairobi, «le Pam salue la libération du navire capturé, le MV Rozen, et de son équipage et exhorte les autorités somaliennes à mettre un frein aux actes de piraterie», précisant que la libération avait eu lieu «jeudi soir».

Ce bateau, affrété par le Pam et enregistré aux Emirats arabes unis, avait été capturé le 27 février au large des côtes somaliennes. A son bord, se trouvait un équipage composé de six Kenyans et six Sri-Lankais. Le navire avait été arraisonné après avoir déchargé sa cargaison de nourriture en Somalie. «Selon nos informations, le Nimatullah a aussi été libéré hier», a ajouté M. Mwangura.

Ce navire, battant pavillon indien, avait été arraisonné le 1er avril. Il comptait à son bord 14 membres d'équipage d'Inde, du Pakistan, du Sri Lanka et du Bangladesh, et transportait 800 tonnes de produits cosmétiques, d'huile de cuisine et de sucre. On ne savait pas dans l'immédiat si cette cargaison avait été pillée ou non.

«Je pense qu'une rançon a été payée (pour la libération des deux bateaux), mais je ne sais pas combien», a encore dit M. Mwangura, précisant avoir des informations selon lesquelles d'autres groupes de pirates se trouvaient le long des côtes somaliennes et pourraient tenter d'arraisonner une nouvelle fois les bateaux libérés. Plus aucun navire n'est actuellement aux mains de pirates dans les eaux somaliennes.

Les actes de piraterie au large de la Somalie étaient fréquents jusqu'à l'arrivée au pouvoir, mi-2006, des tribunaux islamiques dans ce pays en guerre civile depuis 1991. Les tribunaux ont depuis été défaits par l'armée éthiopienne, alliée au gouvernement somalien, et par les forces loyales somaliennes, et les pirates ont repris leur activité, dans une proportion cependant moindre.