Les Etats-Unis vont rétablir leurs relations diplomatiques avec Cuba

20 Minutes avec AFP
— 
Le président des Etats-Unis Barack Obama lors d'une conférence de presse à Washington annonçant la libération des deux prisonniers américains en Corée du Nord le 8 novembre 2014
Le président des Etats-Unis Barack Obama lors d'une conférence de presse à Washington annonçant la libération des deux prisonniers américains en Corée du Nord le 8 novembre 2014 — Jim Watson AFP

Les Etats-Unis vont rétablir leurs relations diplomatiques avec Cuba. Le président Barack Obama s'apprête à annoncer un tournant historique dans les relations entre les Etats-Unis et le régime communiste de Cuba après la libération d'un Américain détenu depuis 5 ans à La Havane.

Barack Obama devait s'exprimer à 18h depuis la Maison Blanche. Son homologue cubain, Raul Castro, devait prendre la parole à la même heure et faire «une annonce importante» selon la télévision locale qui a interrompu la programmation habituelle pour lire un bref communiqué. L'allocution sera diffusée simultanément par tous les médias cubains.

Avant même l'annonce officielle, un sénateur démocrate a affirmé que les Etats-Unis vont allèger les restrictions sur le commerce et les voyages avec l'île.

Une section d'intérêts pour ambassade

«Ouvrir la porte avec Cuba pour le commerce, les voyages et l'échange d'idées va conduire à des changements positifs à Cuba, que notre politique d'exclusion n'a pas réussi à produire depuis plus de 50 ans», a déclaré dans un communiqué le sénateur Richard Durbin, numéro deux du Sénat et proche du président américain.

Les Etats-Unis et Cuba, séparés seulement par les 150 km du détroit de Floride, n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961, mais disposent chacun d'une section d'intérêts qui fait office d'ambassade. Washington impose un embargo commercial à La Havane depuis 1962.

Libéré pour des raisons humanitaires

Alan Gross, 65 ans, qui était en route mercredi matin pour les Etats-Unis, a été libéré pour des raisons humanitaires, a indiqué à l'AFP un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Washington a toujours conditionné une détente avec Cuba à la libération de cet ancien contractuel de l'agence fédérale américaine pour le développement international (USAID), une branche du département d'Etat.