Un soldat américain condamné à de la prison pour avoir rejoint la Légion étrangère

MONDE Son travail a été salué par un général français...  

M.P. avec AFP
— 
Un soldat français de la Légion étrangère, dans le nord du Mali, le 21 janvier 2013
Un soldat français de la Légion étrangère, dans le nord du Mali, le 21 janvier 2013 — Fabio Bucciarelli AFP

L’histoire est assez rare: un jeune officier américain, parmi les meilleurs de sa promotion de la prestigieuse école de West Point, a été condamné pour désertion pour avoir rejoint la Légion étrangère française.

Le tribunal militaire l’a condamné à quatre ans de prison et à son renvoi de l’armée américaine pour avoir abandonné son unité en 2009 pour rejoindre la France et la Légion étrangère.

Le jeune homme, aujourd’hui âgé de 28 ans, s’est lui-même constitué prisonnier en se rendant sur la base allemande de l’armée américaine, à la fin de son contrat de cinq ans avec la Légion. Il voulait, selon le New York Times qui rapporte l’histoire, revoir sa famille et assumer ses responsabilités.

Un aller simple pour Paris en 2009

A son procès, le sous-lieutenant a expliqué que son passage par la Légion étrangère et les conditions de vie difficiles inhérentes lui avaient sauvé la vie alors qu’il souffrait de pulsions suicidaires depuis des années. «J'avais besoin d'être mouillé et d'avoir froid et faim. J'avais besoin de la vie éreintante que j'ai seulement pu trouver dans la Légion», avait-il développé au New York Times avant sa condamnation.

Le sous-lieutenant avait été porté manquant de son unité médicale de Fort Drum, dans l'Etat de New York (nord-est des Etats-Unis). Sans jamais informer sa famille, il avait immédiatement pris un vol pour Paris et s'était engagé pour cinq ans dans la Légion étrangère, ce corps d'élite de l'armée française qui permet aux recrues de changer d'identité et de se faire une nouvelle vie.

Pendant cinq ans, il va faire le bonheur de ses supérieurs.Devenu le légionnaire Christopher Flaherty, l'Américain commence en bas de l'échelle et connaît une ascension rapide jalonnée de décorations. Il a effectué des missions en République centrafricaine et à Djibouti, a été chargé de la sécurité du général de brigade Laurent Kolodziej, commandant de l'armée française au Mali lors de l'intervention en 2013 contre les rebelles islamistes, selon le NYT.

«Il est plus qu'un soldat né, il est un gentleman né»

«C'est un homme que je n'oublierai jamais et aux côtés duquel je resterai toujours», a déclaré Laurent Kolodziej en témoignant par vidéo-conférence devant la cour martiale. «Il est plus qu'un soldat né, il est un gentleman né. J'aimerais avoir dix hommes comme lui dans mon équipe et je serais le plus heureux des généraux».

Mais les procureurs militaires l'ont accusé d'avoir manqué à son devoir et d'avoir causé des problèmes à son unité, affirmant que le jeune soldat avait déserté pour éviter son déploiement en Afghanistan un an plus tard. «Je me sens très mal pour la douleur infligée à ma famille, pour les perturbations à mon unité. (….) Mais je ne regrette pas ce que j'ai fait --rien, en bien ou en mal-- parce que ça a sauvé ma vie», a déclaré le désormais ex-militaire.