VIDEO. Serge Lazarevic pense avoir été pris en otage pour une rançon, nie être un mercenaire

MONDE L'ex-otage français, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, était l’invité ce samedi soir du journal de 20 heures de France 2…

C.P. avec AFP

— 

Serge Lazarevic sur le plateau du JT de France 2 le 13 décembre 2014.
Serge Lazarevic sur le plateau du JT de France 2 le 13 décembre 2014. — FranceTV

«Je vais bien. J’ai des petits problèmes de santé et de métabolisme mais dans l’ensemble ça va bien», a déclaré Serge Lazarevic en début d’interview aux côtés de sa fille Diane qui s'est inlassablement battue pour sa libération.

«Je suis content de retrouver la France, le peuple français, l’humanité des gens. (…) Je n’étais plus un être humain, je ne savais qui j’étais, où j’étais. (...) il n’y a plus de temps, il n’y a plus de repères», a-t-il poursuivi.

«Les gens qui prennent des gens en otages c'est pour de l'argent»

Interrogé sur les motivations de ses ravisseurs, il a répondu : «je pense que c'étaient des hommes qui attendaient une rançon - ça, la religion, je ne sais pas...».

C'est la première fois que Serge Lazarevic témoignait sur ses conditions de captivité, après son retour en France mercredi. A la question de savoir ce qui avait déclenché sa libération, il a répondu : «oui je crois que c'est de l'argent, les gens qui prennent des gens en otages c'est pour de l'argent, c'est financier».

Pas un «barbouze»

Alors que le ministre malien de la Justice Mohamed Ali Bathily a reconnu vendredi que quatre prisonniers avaient été libérés en échange de M. Lazarevic, l'ex-otage a indiqué : «je n'y ai même pas réfléchi, j'essaie de ne plus penser à ça parce que ça me tire vers le bas».

Il a par ailleurs réfuté être un «barbouze» ou un «mercenaire»: «je suis ouvrier du bâtiment, j'ai travaillé aussi dans la sécurité et comme maître d'œuvre (...) Ce sont mes seules fonctions (...) J'étais là-bas pour une cimenterie qui devait être mise en place», a-t-il dit.