Les marins britanniques rentrent chez eux

IRAN Le bras de fer est terminé. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé hier, lors d'une conférence...

Armelle Le Goff

— 

Le bras de fer est terminé. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé hier, lors d'une conférence de presse, la grâce des quinze marins britanniques détenus depuis le 23 mars. Non sans avoir auparavant décoré le militaire qui les avait arrêtés et accusé le gouvernement de Tony Blair de tapage médiatique.Les quinze soldats regagneront la Grande-Bretagne ce matin. Le président iranien a présenté leur libération comme un « cadeau », offert, semble-t-il, sans contrepartie. Ahmadinejad n'a fait aucune allusion aux excuses qu'il avait réclamées au gouvernement britannique. Londres se serait seulement engagé dans une lettre à ne pas renouveler ce type d'incidents. Toutefois, « cette libération n'est pas liée à la lettre, mais à la bonté islamique », a-t-il précisé. C'est aussi ce qu'il a affirmé aux marins, qu'il a reçus hier à la présidence. Champagne et larmes hier à Londres : les familles des militaires ont laissé éclater leur joie tandis que les autorités saluaient l'annonce.La capture des marins près de l'embouchure du Chatt al-Arab, fleuve frontalier de l'Iran et de l'Irak, avait déclenché une grave crise diplomatique entre Londres et Téhéran. La ministre britannique des Affaires étrangères, Margaret Beckett, avait ainsi annoncé quelques jours plus tard le gel des liens bilatéraux du Royaume-Uni avec l'Iran. Ces deux derniers jours, les deux pays avaient repris les négociations.En revanche, un chercheur français est retenu depuis plus de deux mois en Iran, a confirmé hier le ministère français des Affaires étrangères. Ce spécialiste de l'islam a été arrêté dans une zone sensible proche du Pakistan et de l'Afghanistan (Sistan-Balouchistan) alors qu'il photographiait une procession religieuse. Remis en liberté, il s'est vu confisquer son passeport. Le Quai d'Orsay a demandé à Téhéran de « trouver rapidement une solution ».

23 mars Les quinze marins sont capturés.

28 mars Londres gèle ses relations avec l'Iran.

29 mars L'Iran dénonce l'attitude « incorrecte » de Londres.

30 mars Ahmadinejad demande des excuses.

31 mars L'Iran annonce l'ouverture d'une procédure judiciaire.

2 avril Téhéran affirme que la priorité est la voie diplomatique.

hier L'Iran salue «le changement de ton » du Royaume-Uni.