Suisse: Un djihadiste revenu de Syrie condamné à des travaux d'intérêt général

SUISSE Il était parti se battre en Syrie en décembre 2013 et était rentré en Suisse 3 mois plus tard, après avoir été emprisonné 54 jours par ses camarades djihadistes...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Forum mondial sur la transparence fiscale a établi un classement dans lequel la Suisse est épinglée aux côtés de paradis fiscaux bien connus, selon des documents obtenus jeudi par l'AFP qui doivent être présentés officiellement à Jakarta.
Le Forum mondial sur la transparence fiscale a établi un classement dans lequel la Suisse est épinglée aux côtés de paradis fiscaux bien connus, selon des documents obtenus jeudi par l'AFP qui doivent être présentés officiellement à Jakarta. — Fabrice Coffrini AFP

La justice suisse a condamné un djihadiste recruté par le groupe terroriste Daesh, de retour de Syrie, à 600 heures de travaux d'intérêt général mais aucune peine de prison, a indiqué mercredi le site internet de la Radio Télévision Suisse (RTS).

La condamnation de ce jeune Vaudois âgé de 30 ans, parti 3 mois en Syrie pour se battre au côté des membres de Daesh, est le premier cas d'un ressortissant suisse condamné pour avoir participé à un mouvement djihadiste à l'étranger.

Suivi par un psychiatre

La décision est tombée via une ordonnance pénale du procureur général Michael Lauber qui est entrée en vigueur cette semaine. Cette décision se base sur deux articles de loi: l'article 260 du code pénal, pour participation à une organisation criminelle, ainsi que le code pénal militaire, pour service militaire dans une autre force armée. Le jeune homme, dont le nom n'a pas été révélé, devra également être suivi par un psychiatre, selon la RTS.

Il était parti se battre en Syrie en décembre 2013 et était rentré en Suisse 3 mois plus tard. Il a expliqué sur l'antenne de RTS avoir été endoctriné sur internet via une filière française de recrutement et serait resté deux semaines dans les camps d'entraînement de Daesh avant de vouloir tout quitter.

Il a expliqué avoir ensuite été emprisonné 54 jours par ses camarades djihadistes, avant de pouvoir rentrer en Suisse. Le 17 octobre, un jeune Français, également de retour de Syrie, avait, lui, écopé de 7 ans de prison ferme au tribunal de Paris.