Serge Lazarevic fêtera Noël en famille

Otage Enlevé en 2011, le dernier Français en captivité dans le monde a été libéré mardi au Mali...

Christophe Quélais

— 

Le dernier otage Serge Lazarevic à côté du président du Niger après sa libération, le 9 décembre 2014.
Le dernier otage Serge Lazarevic à côté du président du Niger après sa libération, le 9 décembre 2014. — HAMA BOUREIMA / AFP

Elle espérait une libération de son père «pour Noël». Les vœux de Diane, la fille de Serge Lazarevic, vont être exaucés. Après plus de trois ans de captivité aux mains d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), le dernier otage français a été libéré, ce mardi.

«Ça va»

«J’ai perdu une vingtaine de kg, mais ça va», a-t-il déclaré à Niamey, la capitale du Niger, où il devait retrouver sa fille Diane, partie en avion le rejoindre. Serge Lazarevic a également remercié le président du Niger pour avoir contribué à sa libération, qui «a eu lieu sur le territoire malien, dans la région de Kidal», au nord du pays, selon une source sécuritaire malienne. L’Elysée avait, dans la journée, indiqué que Serge Lazarevic était «en relative bonne santé, en dépit des conditions très éprouvantes de sa longue captivité». Aqmi avait diffusé le 17 novembre une vidéo dans laquelle le Français déclarait être malade et estimait que sa vie était en danger.

«La France ne doit plus compter d'otage»

François Hollande doit accueillir Serge Lazarevic à l’aéroport de Villacoublay (Yvelines) ce mercredi vers 7h30. «La France ne compte plus d’otage, elle ne doit plus compter d’otage, ce qui suppose une grande vigilance. Ce qui suppose également une grande protection de nos intérêts», a souligné le Président, qui a annoncé la libération de l’otage en milieu de journée sans faire mention du versement d’une éventuelle rançon.

Le chef de l’Etat a par ailleurs salué la mémoire de Philippe Verdon, enlevé en même temps que Serge Lazarevic, mais retrouvé mort d’une balle dans la tête en juillet 2013. «Il faut que les Français prennent bien conscience que ces questions d’otages sont extrêmement douloureuses», a-t-il insisté.