VIDEO. Libération de Serge Lazarevic: La classe politique salue la nouvelle

OTAGE Anciens otages, femmes et hommes politiques de droite comme de gauche ont témoigné leur émotion...

Delphine Bancaud

— 

Serge Lazarevic en mai 2009
Serge Lazarevic en mai 2009 — AP/SIPA

Le soulagement et la joie. De nombreuses personnalités ont commenté avec enthousiasme la libération de Pierre Lazarevic, le dernier otage français détenu à l'étranger, ce mardi.

Sur RTL, l'ancien otage, Pierre Camatte, a salué «une nouvelle extraordinaire». «J'ai tout de suite pensé à Diane que je connais bien et avec qui j'ai eu souvent des échanges pour la soutenir dans les moments difficiles et alors là j'imagine sa joie d'autant plus qui est très très près de ce moment symbolique qui est Noël, comme elle l'avait espéré elle-même», a-t-il déclaré. Sur BFMTV, il s'est néanmoins dit inquiet  de l'état de santé de Pierre Lazarevic: «Quand on a vécu dans le désert sous la pression permanente de gens qui nous entourent, de conversions forcées à l’Islam, plus ou moins, enfin des tentatives en tout cas, de manger des nourritures qui ne sont pas forcément très bonnes, ou de boire une eau qui n’est pas ce bionne qualité, plus la distance qui nous sépare de nos proches, plus l’incertitude savoir si on va mourir demain ou pas, ça marque un individu d’une manière tellement forte qu’on ne peut pas considérer que la personne qui va rentrer est en bonne santé eu ce soit physique ou même psychologique».

Un autre ancien otage, Didier François, a rappelé sur Europe 1, les craintes qui pesaient sur le sort de Pierre Lazarevic: «Sur la dernière vidéo où il apparaissait le 17 novembre, il apparaissait très affaibli, très amaigri.(...) On avait une énorme crainte après l'assassinat d'Hervé Gourdel». D'où un sentiment de soulagement très intense.

Des réactions tous bords politiques

De droite comme de gauche, les politiques ont salué la nouvelle.

Sur Twitter, le Premier ministre a été le premier a dégainé.

Suivi du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

La maire de Paris a aussi témoigné de son émotion sur le réseau social.

De côté de l'UMP, son nouveau président Nicolas Sarlozy, a réagi à deux reprises  sur Twitter.

L'ancienne ministre des affaires étrangères,  Michèle Alliot-Marie, a aussi réagi sur RTL: « Je crois que c'est d'abord c'est un sentiment de joie et de soulagement car nous avons vu lors de ces derniers mois comment certains groupes extrémistes mettaient fin à la vie de leurs otages. Même si les lieux et les circonstances sont différents, il y a toujours cette crainte qui demeure.»

Plus polémiste, le Député UMP des Français de l’Etranger, Alain Marsaud a indiqué sur BFMTV qu'il préfèrait la polique française concernant les otages que celle des Etats-Unis: «Forcément on a payé une rançon, on a obtenu la libération de détenus dans les prisons maliennes ou nigériennes (…) Il faut choisir, on peut prendre la politique de monsieur Obama qui consiste à ne pas négocier et voir ses otages assassinés ou bien notre position qui consiste à négocier sans vouloir l’avouer (…) Oui c’est vrai, on négocie, on paie et on essaye d’obtenir un résultat (…) Il n’y a pas un Français qui croit un seul instant qu’on a libéré monsieur Lazarevic pour les beaux yeux de monsieur Hollande (…) Cela permettra à sa famille de passer un beau Noel et c’était tellement inespéré depuis 3 ans».