Marée noire en Israël: «Le plus grand désastre écologique» que le pays ait connu

ECOLOGIE Plus de 3 millions de litres de pétrole brut se sont répandus sur le site d'une réserve naturelle en plein désert et des pluies torrentielles sont annoncées...

20 Minutes avec agence

— 

Du pétrole coule d'un oléoduc dans le désert d'Arava, en Israël, le 4 décembre 2014
Du pétrole coule d'un oléoduc dans le désert d'Arava, en Israël, le 4 décembre 2014 — Yehuda Ben-Itah AFP

Une marée noire frappe depuis la fin de la semaine dernière la réserve naturelle d'Avrona, dans le sud d'Israël. Près de 3 millions de mètres cubes de pétrole se sont déversés sur 7 kilomètres au-delà du point de fuite, le long de la réserve située en plein désert.

A l'origine de la catastrophe, une défaillance technique due à une brèche dans un pipeline en maintenance. La fuite, signalée sur un oléoduc traversant le désert de l'Arava, «a été stoppée en quelques minutes», selon un porte-parole de l'Eilat Ashkelon Pipeline Company (EAPC), qui exploite l'oléoduc.

Une erreur humaine

L'enquête préliminaire évoque, quant à elle, une erreur humaine. Décrite comme «le plus grand désastre écologique qu'Israël ait connu» par l'Agence gouvernementale israélienne pour la protection de l'environnement, la catastrophe aura des conséquences environnementales qui restent encore inconnues. Pour l'heure, une équipe de secours s'attèle au nettoyage de la zone. Près de 8.500 tonnes de terres polluées ont déjà été prélevées sur le site de la réserve.

Cela sans compter sur les pluies torrentielles qui promettent de s’abattre sur Israël dans les prochains jours et pourraient emmener le pétrole jusqu’au golf d’Eilat, et ainsi contaminer les fonds marins. Dans un communiqué, l'EAPC a indiqué qu'elle continuait, avec le ministère de l'Environnement, à travailler «jour et nuit» au nettoyage de la zone.