Les riches de moins en moins généreux

— 

L'aide aux pays en développement (APD) des 22 pays riches du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE a baissé de 5,1% l'an dernier (en dollars constants de 2005) à 103,9 milliards de dollars, soit son premier recul depuis 1997, selon un rapport du CAD publié mardi.

Ce recul est principalement dû à un fléchissement des remises de dette qui avaient atteint un record en 2005, en particulier pour l'Irak et le Nigeria. Les autres types d'aides ont enregistré un recul plus modéré de 1,8% en 2006. Le CAD s'attend à ce que ces remises de dette continuent à diminuer en 2007 et à ce que le montant global de l'aide aux pays pauvres continue par conséquent à reculer.

Afrique : la promesse non-tenue

L'aide à l'Afrique sub-saharienne, hors allègements de dettes, est restée constante en 2006, malgré la promesse faite lors du sommet du G8 à Gleneagles de doubler l'aide à l'Afrique d'ici 2010.

Pendant l'été 2005, les huit pays les plus riches de la planète avaient décidé à Gleneagles d'annuler la dette publique multilatérale de 35 des pays les plus pauvres et d'accroître de 50 milliards de dollars d'ici 2010 l'aide aux nations les plus démunies.

Mais, pour respecter leurs engagements, les pays riches devraient plus que doubler le rythme de croissance annuel de l'aide qu'ils octroient aux pays pauvres.

Les pays les plus vertueux

Les seuls pays qui ont atteint ou dépassé l'objectif de dons de 0,7% de leur revenu national brut (RNB) fixé pour l'APD par les Nations unies sont la Suède, le  Les Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et le Danemark. Les Etats-Unis ont versé l'aide la plus importante en valeur absolue en 2006, à 22,7 milliards de dollars, mais elle a chuté de 20% en termes réels sur un an.

Cette diminution est elle aussi essentiellement imputable au niveau exceptionnel des remises de dette en 2005, les Etats-Unis ayant choisi d'effacer la totalité de leurs créances en cours sur l'Irak en 2005 plutôt que d'étaler cette opération sur plusieurs années, explique le CAD.

Les contributions les plus importantes en valeur absolue viennent ensuite du Royaume-Uni, du Japon, de la France et de l'Allemagne. Les apports cumulés d'APD des 15 membres du CAD appartenant à l'Union européenne (UE) ont représenté 57% de l'APD totale.

En termes relatifs, les Etats-Unis sont le donneur le moins généreux des 22 pays du CAD, à l'exception de la Grèce, avec une aide ayant représenté seulement 0,17% de leur RNB en 2006 (0,16% pour la Grèce), contre une moyenne de 0,30% du RNB en moyenne.

La France est au 10e (0,47%) des pays les plus généreux.