Bavures policières: New York ne décolère pas

TENSIONS De multiples affaires policières alimentent un mouvement croissant de manifestations à travers le pays...

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants protestent contre les violences policières, le 4 décembre 2014 à New York
Des manifestants protestent contre les violences policières, le 4 décembre 2014 à New York — Timothy A. Clary AFP

Des centaines de New-Yorkais sont attendus samedi aux obsèques d'un jeune père de famille noir tué par un policier blanc dans une cage d'escalier de Brooklyn, après la troisième soirée consécutive de manifestations. L'affaire a suscité l'émotion dans tout le pays: un homme de 28 ans, Akai Gurley, a été tué le 20 novembre «par accident» par un jeune policier blanc dans une cage d'escalier mal éclairée d'une HLM de Brooklyn.

Une cérémonie dans une église baptiste de cet arrondissement de New York, prévue à 11h locales samedi (16h GMT), devrait rassembler des centaines de personnes, aussi bien des proches de la victime que des manifestants consternés par le comportement de la police dans cette affaire et dans une série d'autres qui ont choqué le pays ces derniers mois, ravivant les tensions raciales.

Un «coup de feu accidentel»

La justice new-yorkaise a annoncé vendredi la convocation d'un grand jury pour décider si le policier, Peter Liang, devait être poursuivi devant les tribunaux ou non. Ce type de jury est une assemblée de citoyens américains chargés de décider ou non d'une inculpation sur la base des éléments de l'enquête. Le chef des forces de l'ordre new-yorkaises, Bill Bratton, avait souligné dès le lendemain de la mort d'Akai Gurley qu'il s'agissait d'un «coup de feu accidentel» et que la victime était totalement innocente.

«Il n'avait rien fait de mal, c'est un homme bien, il aime sa famille, il aime sa petite fille», avait dit la mère d'Akai, Sylvia Palmer. Le représentant de la famille, Kevin Powell, a lié la mort du jeune homme à celles de plusieurs autres Noirs tués par la police ces dernières semaines: «Nous estimons malheureusement que ça ressemble à une série de lynchages modernes», a-t-il affirmé.

Un système injuste et raciste dénoncé

De multiples affaires policières se superposent depuis cet été et alimentent un mouvement croissant de manifestations à travers le pays pour réclamer une réforme des méthodes policières, et du système pénal en général. Pour les manifestants, les policiers ont trop souvent recours à une force excessive contre les Noirs, tout en étant rarement renvoyés devant la justice.

Des parlementaires et personnalités afro-américaines dénoncent un système injuste et raciste, qui frappe démesurément la minorité noire. Les trois soirées de manifestations consécutives -à New York et dans d'autres grandes villes américaines- ont été déclenchées par la décision, mercredi, d'un autre grand jury de ne pas poursuivre un policier blanc dans une autre affaire sur l'île de Staten Island, à New York.