Pour Poutine, la Russie n'est pas homophobe, elle préfère simplement la «famille saine»

RUSSIE Le président russe en profite pour charger les Etats-Unis...

N.Beu. avec AFP

— 

Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou le 4 décembre 2014
Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou le 4 décembre 2014 — Alexei Nikolsky Pool

La Russie n'est pas un pays homophobe, contrairement à certains Etats des Etats-Unis, s'est défendu vendredi le Président Vladimir Poutine tout en rappelant son credo: «une famille traditionnelle, une famille saine».

«Ceux qui tentent de nous coller une étiquette [de pays homophobe] sont justement ceux qui font de l'orientation sexuelle non traditionnelle un délit pénal», a déclaré le président cité par l'agence de presse russe TASS. Selon l'agence de presse, Poutine a notamment fait allusion à certains Etats américains où l'homosexualité serait un délit. Le mariage homosexuel est légal actuellement dans 34 des 50 Etats américains.

Poutine, défenseur des minorités sexuelles, mais...

La Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, a adopté l'année dernière une loi punissant tout acte de «propagande» homosexuelle et de pédophilie devant des mineurs de peines d'amende et de prison. Cette loi avait provoqué lors de son adoption de vives critiques, notamment en Occident.

«Nous reconnaissons et ne portons pas atteinte aux droits des minorités sexuelles», a assuré Poutine, qui s'exprimait au cours d'une rencontre avec les membres du Comité présidentiel pour les droits de l'homme. «Mais la famille traditionnelle, la famille saine, c'est notre choix stratégique», a-t-il souligné. «L'un n'exclut pas l'autre.» Alors que l'adoption en Europe de lois instaurant un mariage homosexuel a choqué en Russie, Vladimir Poutine multiplie les attaques contre les valeurs «occidentales», selon lui, décadentes.