Un lance-roquettes Katioucha des séparatistes à Donetsk, en Ukraine, le 3 décembre 2014.
Un lance-roquettes Katioucha des séparatistes à Donetsk, en Ukraine, le 3 décembre 2014. — ERIC FEFERBERG / AFP

CONFLIT

VIDEO. Ukraine: Kiev accuse les séparatistes de ne pas respecter le cessez-le-feu

Les deux parties ont conclu un cessez-le-feu mardi...

Kiev a accusé mercredi les séparatistes prorusses de violer dans l'aéroport de Donetsk le cessez-le-feu qu'ils avaient annoncé la veille à l'issue d'une réunion entre un général ukrainien, un général russe, les rebelles et l'OSCE.

«Le cessez-le-feu n'est malheureusement pas respecté», a déclaré à l'AFP le porte-parole militaire ukrainien, Andriï Lyssenko. «Dès que les négociateurs sont partis, les tirs contre les positions ukrainiennes autour de l'aéroport ont repris», a-t-il poursuivi. Les salves de lance-roquettes multiples Grad ont retenti mercredi dans la zone de l'aéroport de Donetsk vers 11h locales (9h, heure de Paris), selon des journalistes de l'AFP sur place. Les journalistes ont croisé sur la route de l'aéroport quatre véhicules des rebelles, trois remplis de roquettes Grad qui avaient été utilisées et un de roquettes non-utilisées, sans qu'il soit possible d'établir si les roquettes utilisées avaient été tirées dans la matinée.

Des tirs sans victimes

Un dirigeant rebelle, Andreï Pourguine, qui avait participé aux pourparlers avec les généraux russe et ukrainien et l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) mardi à Donetsk avait annoncé la conclusion d'un cessez-le-feu dans l'aéroport de la ville. Lyssenko a toutefois souligné qu'il y a «des signaux qui montrent que les rebelles commencent à écouter les négociateurs».

Dans la région de Lougansk, où l'OSCE et les séparatistes ont annoncé avoir conclu un cessez-le-feu à partir du 5 décembre, le gouverneur pro-Kiev Guennadi Moskal a accusé les rebelles d'avoir endommagé avec des tirs de Grad plusieurs immeubles administratifs et d'habitation à Stanitsa Louganska. Les tirs n'ont pas fait de victimes, selon la même source.