Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
MONDELes Shebab somaliens revendiquent l'attaque qui a fait 36 morts dans le nord-est du Kenya

Les Shebab somaliens revendiquent l'attaque qui a fait 36 morts dans le nord-est du Kenya

MONDE
D'autres ont disparu dans l'attaque qui a eu lieu dans la nuit de lundi à ce mardi...
Le Kenya a annoncé vendredi avoir tué au moins 30 insurgés shebab, dont des dirigeants du mouvement islamiste, lors d'une frappe aérienne contre un camp d'entraînement en Somalie.
Le Kenya a annoncé vendredi avoir tué au moins 30 insurgés shebab, dont des dirigeants du mouvement islamiste, lors d'une frappe aérienne contre un camp d'entraînement en Somalie. -  AFP
William Molinié

W.M. avec AFP

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué le raid mené dans la nuit de lundi à mardi dans le nord-est du Kenya, qui a fait au moins 36 tués. Ils ont aussi promis de nouvelles opérations du même genre et d'être «sans pitié».



«Près de 40 croisés kényans ont été tués lors d'un raid réussi des moudjahidines mené par la brigade Saleh Nabhan autour de minuit à Koromei, en périphérie de la ville de Mandera», annonce ce communiqué transmis à l'AFP, et signé du porte-parole des shebab, Ali Mohamud Rage.

«D'autres ont disparu»

Les attaquants ont ouvert le feu sur des tentes dans une carrière où dormaient des ouvriers, aux premières heures mardi près de la ville de Mandera, avaient plus tôt indiqué les médias kényans.

Cette tuerie intervient après une précédente attaque menée lundi soir dans la ville de Wajir qui avait fait un mort et 12 blessés dans un bar. Des hommes armés avaient lancé des grenades et ouvert le feu dans un bar. «Notre équipe est sur le terrain pour recueillir des témoignages», a indiqué la Croix-Rouge kényane.

Un porte-parole de la police, Zipporah Mboroki, a confirmé les attaques mais a ajouté qu'un bilan précis serait fourni ultérieurement. Un autre responsable de la police a indiqué que 36 personnes ont été tuées et que d'autres ont peut-être été enlevées. «Nous avons perdu 36 personnes, mais d'autres ont disparu», a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat. «Nous ne savons pas s'ils ont été enlevés par les assaillants», a-t-il poursuivi.

Sujets liés