Syrie: Le Programme alimentaire mondial obligé de suspendre l'aide à 1.7 million de réfugiés

Humanitaire L'agence de l'ONU a lancé un appel de fonds urgent visant à obtenir 64 millions de dollars afin de pouvoir aider les réfugiés syriens...

20 Minutes avec agences

— 

Des réfugiés kurdes de Syrie attendent à la frontière avec la Turquie, le 21 septembre 2014
Des réfugiés kurdes de Syrie attendent à la frontière avec la Turquie, le 21 septembre 2014 — Bulent Kilic AFP

Faute de moyens financiers, le programme alimentaire mondial a interrompu, ce lundi et pour le mois de décembre, son aide à destination de 1,7 million de déplacés syriens. Il manquerait 64 millions de dollars ce mois-ci pour délivrer des coupons alimentaires à ces réfugiés qui se répartissent entre la Jordanie, le Liban, la Turquie, l'Irak et l'Égypte.

Alors que l'hiver arrive

L'agence de l'ONU a lancé donc un appel de fonds urgent visant à obtenir l'argent nécessaire. «Sans ces coupons, de nombreuses familles vont connaître la faim. Les conséquences de l'arrêt de l'assistance seront dévastatrices», précise le PAM, qui assure l'essentiel de l'aide alimentaire dans les camps de réfugiés, dans un communiqué.

Et cette annonce est d'autant plus inquiétante que l'hiver approche. De nombreux réfugiés sont, en effet, mal préparés pour affronter les basses températures, comme au Liban et en Jordanie où de nombreux enfants marchent pieds nus et sont vêtus légèrement.

>> A lire également Réfugiés syriens: de plus en plus difficile de leur trouver un pays d'accueil

La sécurité mise à mal

«La suspension de l'aide alimentaire du PAM va mettre en péril la santé et la sécurité de ces réfugiés et pourrait même provoquer de nouvelles tensions, l'instabilité et l'insécurité dans les pays limitrophes d'accueil», a même estimé Ertharin Cousin, la directrice du PAM.

Depuis le début de la guerre civile en mars 2011, environ 800 millions de dollars ont été injectés par le PAM afin de supporter l'économie locale dans les pays limitrophes de la Syrie. Chaque semaine, quelque 35 millions de dollars sont nécessaires pour nourrir les réfugiés syriens, qu'ils soient situés à l'intérieur ou à l'extérieur du pays.