Cyberattaque: Sony Pictures évoque un piratage informatique par la Corée du Nord

web Le piratage dont a été victime le studio la semaine dernière pourrait être l'œuvre de hackers nord-coréens...

20 Minutes avec agence

— 

Capture d'écran d'un piratage qui a touché Sony Pictures, le 24 novembre 2014.
Capture d'écran d'un piratage qui a touché Sony Pictures, le 24 novembre 2014. — DR

L'enquête menée par le studio Sony Pictures suite à son piratage en début de semaine dernière n'exclue pas la piste nord-coréenne, révèle le site d'informations technologiques Re/code. Le lien entre cette attaque et la Corée du Nord n'a pas encore été établi, mais il n'a pas non plus été écarté, selon Re/code, qui cite des sources proches du dossier.

Si les hackers auraient agi depuis la Chine, le lien avec la Corée du Nord réside dans le fait que ce piratage coïncide avec la sortie du film L'interview qui tue! (The Interview), distribué par Sony et relatant le complot d'assassinat du leader nord-coréen Kim Jong-un par la CIA. Ce que les partisans du dictateur n'auraient que modérément apprécié...

Des «représailles impitoyables»

Le film, incarné par James Franco et Seth Rogen, aurait en effet rendu furieux les dirigeants de la Corée du Nord, les médias d'Etat ayant même été jusqu'à promettre des «représailles impitoyables». Mais à ce jour, la cyberattaque, révélée mardi, a simplement accouché de menaces liées à la divulgation d'informations stratégiques sur la filiale du groupe japonais Sony.

En outre, une photo postée sur le réseau social Reddit par une personne se présentant comme étant un ancien employé de Sony montrait une page avec les mots «Piraté par #GOP» (pour «Guardians of peace», les Gardiens de la paix), un groupe de cyberpirates.