VIDEO. Hong Kong: L'exécutif s'en prend violemment aux manifestants pro-démocratie

CHINE La police a violemment repoussé les militants qui tentaient d'encercler le siège du pouvoir dans la nuit de dimanche à lundi...  

N.Beu. avec AFP

— 

Des affrontements à Hong Kong entre la police et des manifestants pro-démocratie, le 1er décembre 2014.
Des affrontements à Hong Kong entre la police et des manifestants pro-démocratie, le 1er décembre 2014. — DALE DE LA REY / AFP

Le chef du gouvernement local de Hong Kong a affirmé lundi que la poursuite des manifestations du mouvement prodémocratie était devenue «intolérable», alors qu'un brusque accès de fièvre a saisi l'ex-colonie britannique après plus de deux mois de manifestations.

La police du territoire passé sous tutelle chinoise a repoussé par la force les militants prodémocratie qui tentaient dans la nuit d'encercler le siège du pouvoir, provoquant des heurts parmi les plus sérieux depuis le 28 septembre. Le chef de l'exécutif, Leung Chun-ying, a laissé entendre que de nouvelles opérations policières pourraient avoir lieu rapidement. «J'ai déjà souligné» que le mouvement prodémocratie «Occupy Central était non seulement illégal mais aussi voué à l'échec», a-t-il lancé devant la presse.

Les transports perturbés

La poursuite des sit-ins, à Admiralty près du siège du pouvoir et dans une moindre mesure à Causeway Bay, quartier ultra commerçant prisé des Chinois du continent, est «intolérable», a-t-il dit. La population «demande de plus en plus à la police de disperser» les manifestants. «Dorénavant, elle appliquera la loi sans hésitation.» Ce qui n'a pas empêché les leaders étudiants, fer de lance du mouvement, de considérer l'action de la nuit comme un succès. «Le siège du gouvernement était paralysé ce matin», s'est félicité Alex Chow, de la Fédération des étudiants de Hong Kong. «Dans une certaine mesure, le but a été atteint.»

Les bureaux du gouvernement étaient fermés lundi tandis que le Conseil législatif a suspendu ses travaux. Les manifestants, qui avaient tenté dans la nuit d'encercler les bâtiments officiels et envahi une artère principale devant le siège du pouvoir, se sont heurtés aux forces de l'ordre. Celles-ci n'ont eu «d'autre choix» pour les repousser que de «faire un usage minimal de la force en (les) aspergeant d'eau, de gaz au poivre et de bâtons», a assuré un haut gradé de la police, Tsui Wai-hung. La police a annoncé que 40 personnes avaient été interpellés et 11 officiers blessés. Au total, 37 personnes ont été soignées dans les hôpitaux de la ville.

La situation s'était calmée lundi en début d'après-midi, après une matinée tendue qui a vu de nouveaux heurts entre policiers et manifestants dans un centre commercial. Le 28 septembre, le mouvement prodémocratie s'était brutalement accéléré à Hong Kong et les manifestants étaient descendus dans les rues par dizaines de milliers. Depuis, leur nombre s'est considérablement réduit mais la persistance des sit-ins perturbe grandement les transports et l'activité économique.