La France restitue à l'Egypte des antiquités volées

TRAFIC Les 250 œuvres avaient été découvertes lors de contrôles à Roissy, dans les bagages de voyageurs revenant du Caire...

20 Minutes avec agences

— 

Le président François Hollande(d) au côté de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 26 novembre 2014 à l'Elysée
Le président François Hollande(d) au côté de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 26 novembre 2014 à l'Elysée — Alain Jocard AFP

La France a remis à l’ambassade d’Egypte, à Paris, 250 antiquités importées de façon illicite et saisies en 2010 par les douanes françaises. Parmi ces précieux vestiges, des amulettes, des anneaux, des statuettes funéraires, des plaquettes gravées, des carreaux de parement, des aiguières et des pots à fard.

Ces antiquités sont «datées du Moyen Empire (-2000 av. JC.), des époques romaine, byzantine et médiévale, du 1er millénaire av. JC., et des IVe et VIIe siècle ap. JC.», indiquent les douanes françaises. Cette restitution intervient alors que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a entamé mercredi une visite de deux jours en France.

Statuette au Nigeria, reptiles au Brésil

Il s’agit de «deux lots de pièces archéologiques identifiées par le musée du Louvre comme des pièces authentiques», a précisé le porte-parole du quai d’Orsay Romain Nadal. Les douanes françaises les avaient saisies lors d’un contrôle à l’aéroport de Roissy en mars et novembre 2010, dissimulées dans des bagages de voyageurs en provenance du Caire.

C’est la troisième fois cette année que la France remet des biens culturels importés de façon illicite à des autorités étrangères, selon la direction générale des douanes. En février, lors d’un déplacement de François Hollande au Nigeria, la France avait restitué une statuette de la civilisation Nok, d’une valeur inestimable, saisie en 2012, déjà à Roissy. Et début novembre, les douanes françaises ont rendu aux autorités brésiliennes treize fossiles de reptiles, saisis lors d’un contrôle, à Roissy toujours, en 2006.