Pourquoi le grand jury de Ferguson n'a pas inculpé le policier

ETATS-UNIS Darren Wilson ne comparaîtra pas devant un juge...

Philippe Berry

— 

Une photo de l'officier Darren Wilson montrée au grand jury de Ferguson.
Une photo de l'officier Darren Wilson montrée au grand jury de Ferguson. — REX FEATURES/SIPA

De notre correspondant aux Etats-Unis,

No true bill. Il n'y aura pas de procès. Lundi soir, la décision du grand jury de ne pas inculper le policier qui avait tué le jeune Michael Brown, le 9 août dernier, a remis le feu à Ferguson. Plus de 80 personnes ont été interpellées après une nuit d'affrontements. Pour apaiser les tensions et dans souci de transparence, le procureur Bob McCulloch a publié plusieurs centaines de documents mis à la disposition des 12 jurés. Tout s'est joué en 90 secondes.

>> Les images de la nuit de chaos à Ferguson ici

Le policier frappé au visage

L'officier Darren Wilson patrouille en voiture lorsqu'il aperçoit deux personnes qui marchent sur la chaussée. Réalisant qu'ils correspondent à la description de suspects recherchés pour le vol d'une boîte de cigarillos dans une supérette, il leur ordonne de se mettre dos au mur. Il ouvre sa portière mais le plus grand, Mike Brown, «la referme» sur lui et l'agresse par la fenêtre ouverte, affirme le policier. «J'ai pensé qu'avec un de ses coups de poing, il pouvait me mettre K.O. ou pire», dit-il. Brown, âgé de 18 ans, pesait 130 kilos pour 1m93. On voit «Big Mike» ci-dessous lors du cambriolage:

Des photos publiées confirment que l'officier a été frappé au visage. N'ayant pas de taser, il attrape son arme et prévient Brown qu'il va tirer. Le suspect tente de prendre le contrôle du pistolet et l'officier fait feu à deux reprises, blessant le jeune homme au bras. Mike Brown prend la fuite.

Michael Brown est revenu vers le policier

C'est l'élément central. Du sang de Mike Brown a été détecté à 50 mètres de la voiture. Or, son cadavre a été retrouvé à 41 mètres du véhicule. Selon le procureur, ces analyses scientifiques «corroborent» la version d'un témoin-clé, selon laquelle le jeune homme s'est retourné et a «chargé» vers le policier alors que ce dernier lui avait ordonné de se rendre. Wilson dit avoir tiré à plusieurs reprises, puis avoir marqué une pause avant de faire feu à nouveau, portant le coup fatal à la tête. 

«Dans la tête des jurés, si Michael Brown voulait se rendre, il aurait dû s'arrêter ou aller au sol», analyse l'ancien procureur californien Michael Cardoza. Il estime toutefois qu'une audience préliminaire, publique, devant un juge, aurait été «plus judicieuse» que le huis-clos d'un grand jury, alors que le procureur McCulloch a la réputation d'être «pro-police». Mais selon Cardoza, sur la base des preuves présentées, la décision des jurés «n'est pas surprenante».