Enfant abattu aux Etats-Unis: Les policiers en tort?

FAITS DIVERS Retour sur la mort d'un enfant de 12 ans, abattu à Cleveland alors qu'il jouait avec une arme factice...

N.Beu.

— 

Le maire de Cleveland, Frank Jackson, aux côtés du chef de la police de la ville, Calvin Williams (à gauche), le 24 novembre 2014.
Le maire de Cleveland, Frank Jackson, aux côtés du chef de la police de la ville, Calvin Williams (à gauche), le 24 novembre 2014. — Mark Duncan/AP/SIPA

La mort de Tamir Rice, un jeune garçon noir de 12 ans touché par balle par des policiers en patrouille à Cleveland (Ohio), samedi, continue de questionner la communauté noire, déjà sous tension à cause de l'affaire Michael Brown, et les Etats-Unis tout entiers. Que s’est-il vraiment passé sur cette aire de jeux du nord du pays? Alors que les éléments parviennent au compte-gouttes, 20 Minutes fait le point.

Dans quelles circonstances l’enfant a-t-il été tué?

Samedi après-midi, deux policiers interviennent sur une aire de jeux en plein air après des signalements par téléphone au sujet d'une personne armée d'un pistolet et prenant des passants en joue, selon un communiqué de la division de la police de Cleveland chargée d'enquêter sur l'usage de la force létale. Sur place, ils mettent en joue un enfant, à qui ils demandent de lever les mains en l’air. C’est à ce moment-là que Tamir Rice «abaisse les mains vers sa taille pour attraper son pistolet», selon ce même communiqué. Des coups de feu sont tirés –à moins de trois mètres de l’enfant, selon le chef adjoint de la police de Cleveland, Ed Tomba. Le garçon, qui n’avait en réalité qu’une arme factice, est atteint au torse. Il meurt finalement dimanche matin, selon le journal local Plain Dealer.

L'arme factice qu'avait Tamir Rice à Cleveland, le 22 novembre 2014, lorsqu'il a été abattu. - REX/REX/SIPA

Qui est le policier qui a tué l’enfant?

Le chef de la police de Cleveland, Calvin Williams, n’a, pour le moment, pas souhaité dévoiler l'identité du policier tireur. Tout juste a-t-il consenti à dire que l'officier a été brièvement interrogé et qu’il est «bouleversé», après cette «tragédie qui frappe toute notre communauté». L'un des policiers a moins d'un an d'expérience, et l'autre plus de dix ans, a indiqué dimanche le président d'un syndicat de policiers au Plain Dealer. Selon la presse américaine, le policier qui aurait atteint mortellement l’enfant serait le moins expérimenté des officiers. Tous les deux ont en tout cas été suspendus administrativement dans l'attente des résultats de l'enquête, la procédure habituelle dans ce genre d'affaires.

Les policiers pouvaient-ils voir que l’arme était fausse?

Le chef de la police assure que non. «On ne pouvait pas distinguer si l'arme [que manipulait le jeune garçon] était vraie ou fausse», a indiqué Calvin Williams, tout en confirmant qu'il s'agissait d'une arme effectivement factice. Pourtant, selon un enregistrement téléphonique cité par l’AFP, la personne ayant appelé la police avait bien prévenu que l'arme était «probablement fausse». S’adressant aux médias, Calvin Williams a préféré mettre en avant le fait que le policier en cause devait «se protéger». Il a d’ailleurs appelé les parents à mettre leurs enfants en garde contre les armes: «Les armes ne sont pas des jouets», a-t-il lancé.