Etats-Unis: Le secrétaire d'Etat à la Défense Chuck Hagel démissionne

TERRORISME Chuck Hagel et Barack Obama ont des avis divergents sur la stratégie à adopter face aux djihadistes de l'Etat islamique...

N.Beu. avec AFP

— 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, le 21 août 2014 lors d'un point presse à Washington
Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, le 21 août 2014 lors d'un point presse à Washington — Saul Loeb AFP

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, va annoncer sa démission lundi matin à la Maison Blanche lors d'une intervention commune avec le président Barack Obama, a indiqué un responsable de la Maison Blanche.

Cette démission serait en partie liée à des différends sur la stratégie à adopter contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, avance le New York Times. «Un successeur sera nommé rapidement», a ajouté le responsable de la Maison Blanche sous couvert d'anonymat, précisant que Hagel, 68 ans, seul républicain du cabinet Obama, resterait à son poste jusqu'à ce que son remplaçant soit confirmé par le Sénat.

Des discussions de plusieurs semaines

Michele Flournoy, une ex-sous secrétaire à la Défense, figure parmi ses potentiels remplaçants cités par le New York Times. Jack Reed, sénateur démocrate du Rhode Island et ancien membre d'une unité d'élite de parachutistes, et Ashton Carter, ancien secrétaire adjoint à la Défense, sont aussi cités comme d'éventuels successeurs de Hagel. Ancien combattant de la guerre du Vietnam, Chuck Hagel démissionne après la cuisante défaite des démocrates aux élections de mi-mandat le 4 novembre, qui laisse les républicains aux manettes du Congrès.

Hagel devrait annoncer sa démission à 11h10 (17h10 heure de Paris) depuis la Roseraie de la Maison Blanche. Hagel a parlé de son départ à Obama en octobre et ces discussions ont duré «plusieurs semaines», a précisé le responsable de la Maison Blanche, rappelant que Hagel avait été confronté à une «période intense de transition, y compris le retrait (des soldats américains) d'Afghanistan (...) et des choix budgétaires difficiles».Hagel a tenu le Pentagone d'une «main ferme, guidant notre armée dans cette transition, et aidant à répondre aux défis d'EI et d'Ebola», a-t-il ajouté.