Deux Allemands risquent des coups de bâton pour vandalisme à Singapour

SINGAPOUR Ils ont pénétré par effraction dans un dépôt du métro de Singapour et tagué une rame...

20 Minutes avec AFP

— 

Les lois contre le vandalisme de Singapour sont très sévères.
Les lois contre le vandalisme de Singapour sont très sévères. — Wong Maye-E/AP/SIPA

Deux ressortissants allemands ont été inculpés samedi pour avoir pénétré par effraction dans un dépôt du métro de Singapour et avoir tagué une rame, des délits pour lesquels ils encourent une peine de prison et des coups de bâton.

Andreas Von Knorre et Elton Hinz, âgés tous deux de 21 ans, ont été inculpés par un tribunal de district pour effraction et actes de vandalisme commis le 8 novembre à l'aube. Les deux hommes sont apparus détendus à la lecture des charges retenues contre eux et qui leur ont été lues en allemand par un interprète. Ils resteront en garde à vue jusqu'au 28 novembre «pour les besoins de l'enquête et la reconstitution des faits».

Selon l'acte d'accusation, les Allemands sont entrés par effraction dans le dépôt situé en banlieue et ont peint des graffitis sur les parois d'une rame. Le dépôt est entouré d'un grillage surmonté de barbelés. Ils ont été extradés par la Malaisie voisine après avoir été appréhendés à l'aéroport de Kuala Lumpur d'où ils voulaient s'envoler pour l'Australie. Le journal Straits Times a indiqué samedi que les deux hommes détenaient des visas pour travailler en Australie.

Entre trois et huit coups de bâton en rotin

Le délit d'effraction peut être sanctionné par une peine allant jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 800 dollars d'amende et celui de vandalisme par trois ans d'emprisonnement ou une amende de 1.600 dollars et entre trois et huit coups de bâton en rotin, une sanction héritée de la colonisation britannique.

Singapour, une importante place financière asiatique, est connue pour ses efforts dans la lutte contre le crime. La législation anti-vandalisme de la ville-Etat avait fait grand bruit en 1994 quand un adolescent américain, Michael Fay, avait été frappé à coups de bâton pour avoir endommagé des voitures et des biens publics, malgré les appels à la clémence lancés par le gouvernement américain.

En 2010, un expatrié suisse, Oliver Fricker, avait été condamné à sept mois de prison et trois coups de bâton pour avoir commis des actes de vandalisme sur un train dans un dépôt de Singapour. Les coups de bâton sont infligés avec un bâton en rotin sur le haut de l'arrière des cuisses.