Un fonctionnaire européen aurait détourné 10 millions d’euros

— 

Cinquante ans après le traité de Rome, Bruxelles est devenue capitale incontestée de l'Europe et une des villes les plus cosmopolites au monde, mais son "quartier européen" comme ses eurocrates restent mal aimés des Bruxellois.
Cinquante ans après le traité de Rome, Bruxelles est devenue capitale incontestée de l'Europe et une des villes les plus cosmopolites au monde, mais son "quartier européen" comme ses eurocrates restent mal aimés des Bruxellois. — Herwig Vergult AFP/Belga/Arch.

Le petit manège durait depuis plus de dix ans, selon la justice belge qui a arrêté mercredi un fonctionnaire italien de la Commission européenne et deux complices présumés. Ils sont soupçonnés d'avoir détourné des millions d'euros du budget des «délégations» de l'UE dans le monde.

Les fraudes mises au jour durant l'enquête portaient sur la location et la sécurisation d'immeubles, le tout pour un montant de «plusieurs dizaines de millions d'euros». Les pots-de-vin encaissés au passage s'élèveraient à une dizaine de millions d’euros.

La veille, une trentaine de perquisitions avaient été menées en Belgique, en Italie, en France et au Luxembourg dans le cadre de cette enquête. Rien qu'en Belgique, quelque 150 policiers y ont pris part.

Faux et usage de faux

Selon l'agence de presse italienne Ansa, le fonctionnaire impliqué s'appelle Giancarlo Ciotti, 46 ans. Ses deux complices présumés seraient l'entrepreneur immobilier Angelo Troiano et Sergio Tricarico, assistant de Gianni Rivera, un eurodéputé de centre-gauche et ancien grand footballeur (Ballon d'Or 1969). Ce dernier a déclaré tout ignorer de cette affaire.

Ils ont notamment été inculpés pour faux et usage de faux, corruption, escroquerie et association de malfaiteurs. Ils devront comparaître dans les cinq jours devant la Chambre du conseil, qui décidera de les maintenir ou non en détention préventive.