VIDEO. Immigration: Obama offre une régularisation provisoire à 5 millions de clandestins

ETATS-UNIS Pour les républicains, le décret est illégal...

P.B. avec AFP

— 

Barack Obama, le 1er novembre 2014.
Barack Obama, le 1er novembre 2014. — P.SOUZA/WHITE HOUSE

Malgré la défaite aux miderms, Obama persiste. Jeudi, il a présenté une série de décrets présidentiels pour réformer le système américain d'immigration, alors que la réforme de fond adoptée par le Sénat n'a jamais pu être votée par une Chambre contrôlée par les républicains.

La principale mesure annoncée, c'est une régularisation provisoire pour cinq millions de clandestins (sur 11 millions vivant aux Etats-Unis) via un permis de travail de trois ans. La condition: avoir un enfant né aux Etats-Unis et résider depuis au moins cinq ans sur le territoire américain.

Retrouvez son discours en VO en cliquant ici.

«Une amnistie de masse serait injuste. Des expulsions de masse seraient à la fois impossibles et contraires à notre caractère», a expliqué Obama lors d'une brève allocution solennelle depuis la Maison Blanche, promettant un système «plus juste et plus équitable».

«Anticonstitutionnel», selon les républicains

Sans surprise, les républicains n'apprécient pas et affirment que ces décrets sont illégaux. «Ce n'est pas comme cela que notre démocratie fonctionne. Le président a dit auparavant qu'il n'était ni un roi, ni un empereur, mais il se comporte comme tel», a lancé le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner. Les mesures «sont anticonstitutionnelles et menacent notre démocratie», a affirmé le représentant républicain Michael McCaul.

Pour l'instant, les républicains n'ont pas encore dévoilé leur stratégie officielle pour combattre cette mesure. Certains évoquent un bras de fer devant les tribunaux. D'autres préféreraient taper au portefeuille lors du prochain budget, même si le succès de cette tactique reste incertain. Ce qui est sûr, c'est les relations entre Obama et les républicains ne vont pas s'arranger. Bref, rien ne change à Washington.