Le Sénat vote le retrait d’Irak

— 

Le président américain George W. Bush s'est employé mardi à ne pas offrir à ses adversaires démocrates la tête d'un deuxième ministre éminent en moins de cinq mois et à ne rien céder des prérogatives attaquées de toutes parts par la nouvelle majorité au Congrès.
Le président américain George W. Bush s'est employé mardi à ne pas offrir à ses adversaires démocrates la tête d'un deuxième ministre éminent en moins de cinq mois et à ne rien céder des prérogatives attaquées de toutes parts par la nouvelle majorité au Congrès. — Mandel Ngan AFP

Les victoires successives des démocrates vont-elle finir dans le mur ? Après la Chambre des représentants la semaine passée, c’est au tour du Sénat d’adopter le projet de loi sur le retrait des troupes américaines en Irak d’ici au 31 mars 2008. Il a rejeté par 50 voix contre 48 un amendement républicain qui visait à ôter le calendrier de retrait des troupes d'un projet de loi de financement de la guerre.

Mais la route vers un retrait américain d’Irak reste longue. Réagissant au vote, le président George W. Bush a fait connaître sa «déception» dans un communiqué et réaffirmé qu'il opposera son veto à tout texte dans lequel le financement de la guerre serait lié à une échéance de retrait des troupes.

Deux sondages publiés lundi et mardi montrent que 59 à 60% des Américains souhaitent que les militaires américains quittent l'Irak d'ici au 31 août 2008, comme le stipule le texte adopté par la Chambre des représentants la semaine dernière.