Peter Kassig assassiné: François Hollande dénonce «des crimes contre l'humanité»

REACTIONS L'organisation de l'Etat islamique a revendiqué ce dimanche la décapitation d'un otage américain et de soldats syriens...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande lors d'une conférence de presse après le G20 à Brisbane, le 16 novembre 2014.
François Hollande lors d'une conférence de presse après le G20 à Brisbane, le 16 novembre 2014. — ALAIN JOCARD / AFP

Le président de la République n'a pas mâché ses mots. François Hollande a dénoncé «des crimes contre l'humanité» concernant les décapitations revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) ce dimanche matin, de l'otage américain Peter Kassig et de 18 soldats syriens.

Les Etats-Unis essayent de confirmer l'authenticité de la vidéo

Les services de renseignement américains «travaillent le plus rapidement possible» à l'authentification d'une vidéo du groupe Etat islamique (EI) dans laquelle l'otage américain Peter Kassig semble avoir été décapité, a indiqué dimanche le Conseil de sécurité nationale du président Barack Obama.

«Si (l'authenticité) est confirmée, nous sommes horrifiés par le meurtre brutal d'un travailleur humanitaire américain innocent et nous exprimons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis», souligne le NSC dans un communiqué.

«La France ne peut pas rester indifférente»

«Ce sont des crimes contre l'humanité, ce sont des actes barbares et c'est pourquoi la France ne peut pas rester indifférente», a-t-il déclaré à Nouméa, depuis la résidence du Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, peu après son arrivée pour une visite de 36 heures.

>> Le groupe Daesh accusé par l'ONU de crimes contre l'humanité

De son côté, le Premier ministre Manuel Valls, dit, dans un communiqué avoir «appris avec effroi la décapitation de l'otage américain Peter Kassig et celle de nombreux soldats syriens» et «condamne avec la plus grande fermeté ce nouvel acte de barbarie».

«Cet acte renforce la détermination de la France à agir contre Daech en Irak et en Syrie», ajoute Manuel Valls qui «exprime aux familles des victimes sa profonde compassion».

La famille demande aux médias de ne pas diffuser d'images de l'exécution

La famille de Peter Kassig s'est également exprimée. «Nous sommes au courant des informations qui circulent sur notre fils chéri et nous attendons confirmation du gouvernement... sur l'authenticité de ces informations», ont confié Ed et Paula Kassig dans un communiqué.

Les parents ont demandé aux médias de ne pas se concentrer sur les images horribles du meurtre, leur suggérant de s'intéresser plutôt au travail et à la vie de leur fils.

David Cameron «horrifié»

Le Premier ministre britannique, David Cameron, s'est quant à lui dit «horrifié» par le «meurtre de sang-froid» de l'otage américain Peter Kassig revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) dans une vidéo mise en ligne dimanche.

>> Retour du chef de l'organisation EI qu'on croyait mort

Le groupe EI a revendiqué dimanche l'exécution par décapitation de Peter Kassig, enlevé en Syrie en 2013, et d'au moins 18 soldats syriens.

Sur la vidéo, on voit un homme masqué et habillé de noir, à l'accent britannique, debout à côté d'une tête tranchée, après avoir évoqué le nom de Peter Kassig, un ancien soldat américain, converti à l'islam.

Il n'était pas possible de dire dans l'immédiat si cet homme est «Jihadi John», l'assassin présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff.

Le Foreign Office britannique a indiqué qu'il cherchait à authentifier cette vidéo d'une quinzaine de minutes.