Le djihadiste de Daesh connu sous le nom de «Jihadi John» sur la vidéo montrant l'assassinat de l'otage britannique David Haines, le 13 septembre 2014.
Le djihadiste de Daesh connu sous le nom de «Jihadi John» sur la vidéo montrant l'assassinat de l'otage britannique David Haines, le 13 septembre 2014. — REX/REX/SIPA

TERRORISME

Daesh: L'assassin présumé de journalistes blessé dans un raid aérien

«Jihadi John» est le meutrier présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff ainsi que des travailleurs humanitaires britanniques David Haines et Allan Henning...

Le militant de Daesh à l'accent britannique, «Jihadi John», assassin présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, aurait été blessé dans un raid aérien américain, a rapporté dimanche la presse britannique.

Le meurtrier, qui s'exprimait avec un accent britannique et apparaissait masqué dans les vidéos de ces assassinats publiées en ligne, aurait été blessé lors d'une réunion des dirigeants de Daesh dans une ville irakienne près de la frontière syrienne la semaine dernière, a rapporté le journal Mail on Sunday. Le ministère des Affaires étrangères britannique n'a pas été en mesure de confirmer ces informations.

Figure de proue du groupe islamiste

Il aurait été transporté à l'hôpital après l'attaque d'un bunker à Al-Qaim (ouest de l'Irak) menée par les Etats-Unis samedi, qui a fait une dizaine de morts et une quarantaine de blessés parmi les dirigeants de Daesh, a rapporté le journal. Selon le Mail, il s'agit de la même attaque qui a blessé l'insaisissable chef de l'organisation terroriste Abou Bakr al-Baghdadi, suscitant les rumeurs, démenties par Daesh par la suite, selon lesquelles il aurait été tué.

«Jihadi John» (le djihadiste John), surnommé d'après le Beatle John Lennon à cause de ses origines britanniques, est le meutrier présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff ainsi que des travailleurs humanitaires britanniques David Haines et Allan Henning. Bien qu'étranger, l'assassin masqué, dont le nom de guerre est Jalman Al-Britani, est devenu une figure de proue du groupe islamiste qui contrôle de larges pans des territoires syrien et irakien.

Le Mail rapporte qu'une infirmière ayant soigné certains blessés de l'attaque a déclaré qu'il y avait un homme nommé Jalman sur sa liste, le décrivant comme «celui qui a abattu les journalistes». Les hommes blessés ont ensuite été conduits à Raqa, fief de l'EI en Syrie, selon la source du journal.